Valleeducousin.fr

Journal > Vie publique >

PAGE OFFICIELLE

VIGIRALLYE de l’avallonnais : pour un rallye sécurisé, respectueux et responsable !

Envoyez-nous vos témoignages et vos propositions

Publié par VIGIRALLYE de l’avallonnais

Le samedi 4 mars 2017

Mis à jour le 8 mars 2017

VIGIRALLYE est une initiative de riverains ayant pour objectif de recenser les points qui pourraient être améliorés dans le rallye automobile de l’avallonnais. A ce titre, le 16 mars 2017, nous serons reçus par la Mairie d’Avallon.

Merci de nous transmettre vos remarques, témoignages et propositions par courriel à l’adresse vigirallye@valleeducousin.fr.

Logo de VIGIRALLYE
Document n°2853
Logo de VIGIRALLYE

Pourquoi VIGIRALLYE ?

VIGIRALLYE n’aurait pas lieu d’exister...

  • S’il n’y avait pas des défauts récurrents
    • de sécurité : prévention insuffisante (sens interdit, vitesse, zones à sorties de route mal protégées...) ;
    • de respect : intrusions de spectateurs dans les propriétés privées, vidanges sur la voie publique sans nettoyage prévu ;
    • de responsabilité : en cas de dégâts, les constats d’assurance devraient se faire à l’initiative des organisateurs, (par exemple la borne du pavé, qui n’est toujours pas réparée... un an après la 37e édition).
  • Si les riverains étaient entendus des organisateurs et si ces derniers traitaient sérieusement les problèmes relevés.

Pour un rallye « durable »

Bien que l’événement, sous sa forme actuelle, soit critiquable, il s’agit d’une tradition appréciée par une partie des habitants. VIGIRALLYE n’a donc pas l’intention d’interdire le rallye, mais au contraire de le rendre « durable ».

Les riverains doivent pouvoir participer aux réunions d’organisation

Pour que le rallye soit « durable », il nous semble important que les problématiques soulevées par les habitants soient être écoutées par les organisateurs, afin d’imaginer, ensemble, des améliorations. A ce titre, VIGIRALLYE demande à être invité tous les ans à toutes les réunions de préparation et de bilan du rallye.

12 points à aborder à la prochaine réunion

Concrètement, à partir des nombreux témoignages que nous avons déjà reçus, voici les 12 points que nous souhaitons aborder à la prochaine réunion, avec pour chaque problème une proposition ou une suggestion.

  1. Organisation : plage horaire
    • Pour les riverains, l’interdiction de sortir/rentrer de chez soi est fortement contraignante.
    • La solution acceptable serait de se cantonner à un créneau de 5h l’après midi, par exemple entre 13h00 et 18h00, comme cela a été le cas. Et surtout pas de « nocturne », qui a été très mal vécue par nombre de riverains en 2016.
  2. Infractions pendant la reconnaissance : cas particulier du sens interdit du pavé de Cousin le Pont. Lire à ce sujet l’article sur les infractions 2016.
    • En 2016, sur les 10 pilotes que nous avons pris sur le fait (dont le numéro 1 et favori du rallye), 6 ont continué jusqu’au bout sans être verbalisés : dès que les forces de l’ordre se positionnent, des mouchards, placés sur les remparts, préviennent leurs camarades.
    • Une verbalisation n’a pas le pouvoir de ressusciter une victime. La seule mesure raisonnable, que nous rappelons en vain chaque année, serait de placer, au moins pendant la demi-journée qui précède la course, des commissaires de piste à l’entrée du sens interdit.
  3. Infractions pendant la reconnaissance : excès de vitesse
    • Les excès de vitesse dans les jours qui précèdent le rallye sont trop nombreux. Pendant la reconnaissance, certains pilotes ou amateurs ne ralentissent qu’à l’approche des commissaires de piste.
    • Solution proposée : contrôles radars pendant la reconnaissance.
  4. Problème d’identification des véhicules
    • De nombreux témoins nous rapportent avoir vu rouler, pendant la reconnaissance ou sur les liaisons vers les points d’arrivée et de départ, des voitures sans plaque d’immatriculation, affichant juste le numéro de participant.
    • Il nous semble obligatoire, hors piste et hors course.... de faire respecter de le code de la route pour l’identification des véhicules ?
  5. Intrusions de spectateurs dans les propriétés privées
    • Chaque année, des spectateurs entrent illégalement dans les propriétés privées. En 2015, un habitant d’Island, excédé, aurait même sorti le fusil. A Avallon, ces intrusions sont fréquentes et les témoignages ne manquent pas, photos à l’appui... Or, lorsque les forces de l’ordre sont contactées pour intervenir sur une propriété dont le seul accès se trouve sur le circuit, elles ne peuvent pas agir.
    • Le règlement devrait permettre ce genre d’intervention, ou garantir les risques liés aux intrusions avec l’assurance des organisateurs..
  6. Signalisation routière
    • En 2016, juste après le rallye (en pleine nuit), trois témoins ont failli percuter les barrières de déviation laissées en plein milieu de la route sans aucune signalisation lumineuse, au carrefour dit « des cabanes » à mi-chemin entre Chastellux et Avallon.
    • Respecter la réglementation concernant la mise en place des dispositifs de signalisation routière semble être le minimum que l’on puisse exiger. Dans le cas relevé, un accident mortel aurait pu advenir.
  7. Dégâts causés par le rallye sur le parcours
    • A chaque édition, d’inévitables sorties de route provoquent des dégâts sur la chaussée ou sur les propriétés de riverains. Là aussi, les témoignages ne manquent pas. Or, d’après ce que nous voyons, aucun constat n’est établi à l’initiative de l’ASA, l’association organisatrice du rallye.
    • A chaque sortie de route un constat des dégâts devrait être fait à l’initiative des organisateurs, auprès de leur assurance. A défaut, si ces dégâts concernent des biens publics, la collectivité devrait établir le constat dès que cela leur a été signalé par un habitant. Toutes les réparations, sans exception, devraient êtres prises en charges par l’association organisatrice du rallye.
  8. Prévention des sorties de route
    • Les zones propices aux sorties de routes sont bien connues des organisateurs... Cependant, nous constatons qu’elles ne sont pas toujours signalées à la Sous-Préfecture lors de la reconnaissance des dispositifs de sécurité, puisque les ballots de paille ne sont pas présents d’une année sur l’autre.
    • A titre préventif, l’installation de ballots de paille devrait être systématique dans toutes les zones à risques, connues pour la fréquence des sorties de route. Pour cela, un registre des sorties de route devrait être actualisé et remis à la Sous-Préfecture.
  9. Pollution : vidanges sur la voie publique
    • Rien ne semble prévu pour les fuites de liquides sur la chaussée. En 2016, le véhicule ayant fait une sortie de route au pavé, a tout vidangé sur place, y compris le liquide hydraulique. Le vendredi suivant, après une semaine de pluies, les pompiers ont été appelés pour tenter de nettoyer la route... à grands jets d’eau... vers le Cousin, en pleine zone Natura 2000 !
    • Un usager qui ferait la même chose serait verbalisé pour vidange sauvage sur la voie publique. Nous demandons à ce qu’une méthode plus sérieuse soit prévue : par exemple un produit absorbant puis un ramassage et traitement adéquat des déchets.
  10. Pollution : débris de véhicules sur le parcours
    • Nous avons pu une nouvelle fois constater, en 2016, que les nombreux débris de véhicule (pneus, morceaux de carrosseries, phares...) ne sont pas ramassés par l’ASA (l’association organisatrice) à la suite du rallye.
    • Le parcours est suffisamment nettoyé avant le rallye, par les services publics, pour que nous puissions exiger, de la part des organisateurs, le ramassage de ces débris dans les jours qui suivent. Ou la facturation du nettoyage par les services publics.
  11. Pollution de l’air et bilan carbone : Lire à ce sujet l’article destiné a expliquer comment calculer un bilan carbone de rallye automobile.
    • La pollution de l’air est un vrai sujet d’actualité : les alertes se multiplient... et le gouvernement a mis en place des vignettes Crit’Air pour faciliter l’identification des véhicules les moins polluants. Bien plus : des réductions de vitesse ont été imposées aux usagers. Or, combien de carbone le rallye produit-il en deux jours ?
    • Un bilan carbone devrait être réalisé et publié chaque année, afin de prévoir des mesures compensatoires (plantations d’arbres pour la ville d’Avallon par exemple). Pour favoriser les voitures les moins polluantes, un système de bonus devrait être appliqué, suivant l’exemple de Michelin pour son Challenge Bibendum (première compétition de voitures propres).
  12. Concertation avec les habitants de la vallée, à commencer par les riverains
    • Concernant l’organisation du Rallye, tout est fait comme si les riverains n’existaient pas, n’avaient pas leur mot à dire. Ils reçoivent juste dans leurs boîtes aux lettres un mot leur interdisant de sortir ou d’entrer dans leur maison entre telle et telle heure.
    • Nous demandons, une fois de plus, à être invités, en tant que riverains, à toutes les réunions de préparation et de bilan du rallye (Mairie et Sous-Préfecture).

La liste des points à aborder reste ouverte

Tout nouveau témoignage, toute nouvelle proposition sont les bienvenus. Écrivez à vigirallye@valleeducousin.fr.

Vos témoignages et propositions seront anonymisés

IMPORTANT : notre action ne consiste pas en une pétition. Vos témoignages seront anonymisés. Vos signatures ou courriels nous servent simplement à pouvoir dire que combien de personnes nous représentons.

En revanche, si vous le préférez, rien ne vous empêche d’écrire directement aux organisateurs. Dans, ce cas, ce serait sympa de nous transmettre une copie, afin de nous aider à réunir les différentes propositions.

Merci d’avance pour votre participation !