Valleeducousin.fr

Journal > Environnement >

RALLYE

En 2018, une association face au rallye de l’Avallonnais !

Une première réunion est organisée le vendredi 2 février 2018 à 17h00 pour l’assemblée constitutive

Publié par L’association Alterallye de l’Avallonnais

Le lundi 18 décembre 2017

Mis à jour le 5 février 2018

Une association pour veiller à ce qu’aucune course de véhicules à moteur ne puisse plus menacer les biens, les personnes et l’environnement naturel sur aucune partie de l’ensemble du territoire de la communauté de communes Avallon-Vezelay-Morvan. *** MISE A JOUR : L’ASSOCIATION EXISTE MAINTENANT ET S’APPELLE ALTERALLYE ***

Une association pour se faire entendre

Depuis plusieurs années déjà, des riverains signalent de graves dysfonctionnements organisationnels aux élus et aux organisateurs, sans parvenir à se faire entendre.

Pourtant, personne ne demandait l’interdiction du rallye. Les courriers envoyés se rejoignaient sur trois points :

  • les problèmes de sécurité, avec des propositions de mesures préventives ;
  • les dégâts non réparés : demande d’une prise en charge des réparations à l’initiative et aux frais des organisateurs ;
  • la concertation avec les riverains dans le cadre des réunions de préparation et de bilan du rallye.

Ayant la désagréable impression de parler dans le vide, quelques riverains ont décidé de créer une association pour acquérir une certaine légitimité auprès des pouvoirs publics.

Le pot de terre contre le pot de fer

Ce combat risque d’être celui du pot de terre contre le pot de fer : face à la toute puissance du sport automobile et à sa popularité, nous savons d’ores et déjà que nous pourrons davantage compter sur la pertinence de nos arguments que sur le nombre de nos adhérents.

En effet, même si de nombreux commerçants et habitants du territoire nous ont fait part de leur mécontentement au sujet du rallye, peu d’entre eux oseront afficher publiquement leur position, par crainte de représailles.

Car... hélas, la violence, les insultes et les menaces sont souvent les seules réponses des pro-rallye à nos questions, pourtant légitimes.

De la nécessité de créer un "garde-fous"

Ce rallye qui privatise les routes de nos campagnes pendant deux jours, imposant aux riverains un état de "couvre-feu" n’est déjà pas, en soi, un événement "neutre".

D’autant que, contrairement à ce qui est dit, la sécurité est loin de se renforcer d’une année sur l’autre pendant l’événement.

Ajoutez à cela les nombreux excès de vitesses et autres infractions en amont et en aval... et vous comprendrez que nous sommes bien face à des "fous du volant".

Il ne s’agit pas, comme pourraient l’affirmer les organisateurs, de comportements marginaux extérieurs au rallye. De nombreuses photos de pilotes pris en sens interdit avant l’heure fixée par l’arrêté préfectoral sont là pour le prouver dont le numéro 1 et favori du rallye, comme nous l’apprendrons dans la presse.

Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir demandé des mesures préventives, simples et peu coûteuses, comme des commissaires de piste en amont du sens interdit, ou des radars mobiles lors des reconnaissances.

Face à ces constats, nous considérons qu’il est de notre devoir de créer un "garde-fous", pour faire entendre d’autres voix que celles des "pro-rallye" dans la presse et auprès des élus.

Au-delà du rallye...

Au delà du rallye, nous espérons que les différents échanges permettront d’évoquer les événements pouvant, dans un futur proche, remplacer les courses de voitures à moteur en respectant l’environnement, les biens et les personnes.