Valleeducousin.fr

Journal > Culture >

Rencontre avec Joël Drogland

Jeudi 21 mars 2019

Publié par Chocomousse

Le jeudi 21 mars 2019

Mis à jour le 26 mars 2019

L’Autre Monde recevait Joël Drogland pour son dernier livre "Des maquis du Morvan au piège de la Gestapo", aux Éditions Vendémiaire.

Nous sommes restés 1h30 à écouter Joël Drogland nous parler d’André Rondenay et de la Résistance. C’était tellement intéressant que personne n’osait l’interrompre pour lui poser des questions...

Dans la nuit du 12 septembre 1943, l’agent français André Rondenay atterrit sur le sol de la France occupée. Ce jeune polytechnicien de 30 ans, évadé des camps de prisonniers allemands, vient d’être formé par les services secrets anglais, après son recrutement par le BCRA qui le considère comme l’un de ses meilleurs atouts.

Les missions de celui qui va devenir le représentant de la France libre auprès de la Résistance intérieure pour l’ensemble de la zone Nord sont de la plus haute importance : direction du plan Tortue visant à retarder d’au moins huit heures l’arrivée des Panzers sur les lieux du futur débarquement, destructions d’industries vitales pour l’armée allemande, sabotages de chemins de fer…

Mais sa mission la plus difficile sera d’unir les maquis du Morvan, divisés en organisations aux orientations politiques parfois diamétralement opposées, pour en faire un des plus puissants bastions de la Résistance française. Dans cette entreprise à haut risque, il devra faire face aux pires calomnies venant de son propre camp, jusqu’à ce que, trahi et arrêté, il soit exécuté par les agents de la Gestapo, de l’Abwehr et de la Milice qui l’avaient traqué sans relâche, à quelques jours de la libération de Paris.

En suivant le parcours d’un héros de la guerre de l’ombre, Joël Drogland nous emmène au plus près de la vie des combattants clandestins, retraçant leurs victoires, mais aussi leurs défaites et leurs luttes fratricides.

(Résumé issu des Éditions Vendémiaire)

Si vous avez raté cette soirée, découvrez la présentation de Joël Drogland en vidéo ou l’article dans l’Yonne Républicaine.