Valleeducousin.fr

Journal > Vie publique >

Législatives

Le député-maire Jean-Yves Caullet cité dans le livre « Pilleurs d’État » comme « Préfet Hors Cadre »

« Un p’tit casse-croûte légal à 6000 Euros mensuel... à consommer en cas de disette électorale ! »

Publié par Thiébaut Jourdain

Le mercredi 14 juin 2017

Mis à jour le 18 juin 2017

*** ATTENTION, CET ARTICLE PEUT CHOQUER LES PERSONNES SENSIBLES *** Après vérification sur le site officiel Legifrance et dans le livre « Pilleurs d’État », nous vous confirmons une nouvelle ahurissante transmise par l’un de nos lecteurs : un certain nombre d’élus, dont Jean-Yves CAULLET bénéficieraient d’un statut de « préfet hors cadre ». Une sorte de « privilège » qui peut vous garantir un beau salaire à vie, avec une retraite confortable... sans le poste qui va avec !

Nos sources ? Le livre « Pilleurs d’État », de Philippe Pascot, paru en 2015 chez Max Milo

Vendu à plus 100 000 exemplaires [1] et classé dans les meilleures ventes 2016 d’essais politiques [2] sans un seul procès (à notre connaissance), ce livre paru en 2015 aux éditions Max Milo est disponible dans toute bonne librairie.

JPEG - 220 x 334 - 9.5 ko
Document n°3112

L’auteur, Philippe Pascot, a notamment été maire-adjoint de Manuel Valls à Évry. A travers ses différentes publications, il milite pour une transparence totale de l’exercice politique.

Toutes les informations relatives à cet article se trouvent aux pages 125 à 129 du livre, que nous venons d’acquérir à la Librairie L’Autre Monde.

Préfet hors cadre, « préfet fantôme » ou « faux préfet » : un job sans poste à vie, bien payé et cumulable... sans aucun concours !

Un statut qui remonte à Bonaparte

L’auteur, Philippe Pascot, nous explique que ce statut créé par Bonaparte a été supprimé par Charles de Gaulle puis remis au goût du jour par Mitterrand... puis régulièrement utilisé par Chirac, Sarkozy et Hollande [3]... pour « remercier les amis ».

Une pratique pourtant sévèrement critiquée par la Cour des comptes [4]. Vous allez comprendre pourquoi...

Nul besoin de diplôme, concours ou titre pour être nommé

C’est au bon vouloir discrétionnaire du gouvernement qui les nomme en Conseil des ministres [5]. Il s’agit juste, nous dit Philippe Pascot, de « petits arrangements entre amis ». [6]

Un drôle de « préfet » sans aucune affectation territoriale

Ne cherchez pas de poste, puisqu’on vous dit qu’il n’y en a pas !

Un salaire moyen de 6000 Euros brut mensuel

Ces « préfets hors cadre » percevraient en moyenne 6000 euros brut par mois... un traitement en partie suspendu pendant la durée de leurs éventuels mandats (voir ci-dessous).

Un système « adapté » à l’incompatibilité officielle avec le poste d’élu

S’ils retrouvent un poste d’élu, ils sont dits « en détachement » car officiellement les deux fonctions sont incompatibles. Mais rassurez-vous, une astuce leur permet d’être gagnants dans tous les cas :

  • S’ils sont élus, l’État continue à leur verser un « petit » salaire de préfet qui ne se cumule plus qu’à hauteur des cotisations à verser pour la retraite de préfet ;
  • S’ils ne sont pas réélus, il peuvent redevenir préfets hors cadre et toucher à nouveau leurs 6000 Euros mensuel... pour un boulot qu’ils ne font pas.

Retraite généreuse garantie... et cumulable

Et la fête continue quand l’heure de la retraite arrive nous dit Philippe Pascot.... Grâce à ce « salaire minimum » (SIC) royalement versé par l’État, ils peuvent prétendre à 4000 Euros de retraite en moyenne, cumulables avec d’éventuelles indemnités d’élus, d’autres retraites...

Combien y-a-t-il de « préfets hors cadre » ?

Le chiffre exact semble très difficile à trouver... normal puisqu’on vous dit que ce sont des « fantômes ». En 2012, Claude Guéant, ministre, l’estimait à 66.
En 2013, sur un total de 250 préfets, seuls 127 étaient affectés à un poste territorial. Un chiffre dont la Cour des comptes s’est inquiétée en septembre 2014, dans un rapport sur la gestion des préfets, en s’alarmant sur une hausse de 70% des nominations en 30 ans.

Une système amené à perdurer...

Coûteux, le système des préfets en mission de service public semble pourtant avoir de beaux jours devant lui : car, comme le résume France-Soir, « tous, à gauche comme à droite, en profitent, espèrent en profiter ou en faire profiter un ami, un jour ou l’autre. Ce qui est en réalité un scandale d’Etat bénéficie d’un habillage légal dont tous les politiques s’accommodent en silence ». [7]

Monsieur Macron, qui semble fortement attaché à la notion « moralisation de la vie publique »... y mettra-t-il fin ? Suspens insoutenable !

Jean-Yves Caullet : Député de l’Yonne, Maire d’Avallon, Président de l’ONF et « Préfet hors cadre »

Parmi les heureux bénéficiaires du statut de préfet hors cadre, le livre « Pilleurs d’État » cite Jean-Yves Caullet à la page 128.

Sur le site officiel Legifrance.gouv.fr, vous trouverez la nomination de Jean-Yves Caullet comme « Préfet hors cadre » par François Mitterrand dans le Décret du 27 avril 1995 [8].

Sur sa déclaration d’intérêts de 2013, Jean-Yves Caullet avait indiqué, dans la rubrique « profession d’origine » : « Préfet (détachement spécial comme député) » [9]. Commentaire de Philippe Pascot : « Une conception »très détachée« du mandat de député, sans doute... »

Nous savions que cet ex-socialiste qui a rejoint, en cours de route, « La République en marche », était à la fois député de la 2e Circonscription de l’Yonne, Maire d’Avallon et Président du Conseil d’administration de l’ONF.

Vous saurez désormais qu’il est aussi « Préfet hors cadre » !