Valleeducousin.fr

Journal > Histoire >

Les carrières de Méluzien – 2. La carrière du « Bois aux moines »

Publié par Gérard Gravouille

Le samedi 16 avril 2016

Mis à jour le 9 février 2017

La carrière du « Bois aux moines » est située au début de la route de Marrault (Actuel champ de tir). Le bois aux moines, appartient à la ville d’Avallon depuis 1528, date à laquelle il lui a été vendu par ROBERT HURAUT, abbé de SAINT-MARTIN-D’AUTUN. Jadis, il était destiné au bois de chauffage de l’abbé et des religieux de la paroisse d’Avallon, mais principalement ceux de SAINT-MARTIN...

Carte de situation et photos actuelles

Photo de l’ancienne carrière du Bois au Moines
Le champ de tir d’Avallon, installé sur une partie de la carrière du Bois aux Moines

En résumé

Bien sur la carrière n’a pas ouvert à cette date. On trouve de l’extraction au 19em siècle (archives d’Avallon), puis plus rien jusqu’en 1932.

Cette carrière se situe à la sortie d’Avallon en direction de Quarré-les-tombes, tout à fait au début sur la D10.

Actuellement la plate forme sert de dépôt à la ville d’Avallon. Le stand de tir, après son transfert des Chaumes, a été installé sur ce site, suite à la décision du conseil municipal (séance du 25 FÉVRIER 1974).

Voici les extractions pour 1894 jusqu’à 1900

Délibération du conseil municipal du 10 MAI 1894

Messieurs PIAULT SIMON-MORIZOT FELIX ET LOUIS DE CHASSIGNY et CONVERT GUSTAVE DE MAGNY entrepreneurs pour les années1894/95/et96,
demandent la pierre nécessaire pour l’entretien des chemins de grande communication numéro 11-86-91-127-128-10-87-50-86 et 95.

Ils ont sollicité l’administration forestière d’extraire lesdits matériaux dans la forêt communale d’Avallon des QUATRE COUPES et du BOIS AUX MOINES.

Délibération du conseil municipal du 25 MAI 1900.

MESSIEURS BONIN GEORGES, GADRET FRERES et MORIZOT FELIX demandent d’extraire de la pierre pour l’entretien des chemins de grand communication pour la période triennale 1900/01/02 dans les bois communaux d’Avallon : le BOIS AUX MOINES et les QUATRE COUPES.

Voici les extractions de 1932 jusqu’en 1973.

  • Le 19 février 1932, MONSIEUR JOANES entrepreneur à SAULIEU (COTE D’OR).Autorisation accordée à condition d’accepter le prix du m3 a 2f. Le cubage se fera par mesure du vide après l’extraction.
  • 1935 Monsieur NAUDOT LOUIS demande d’exploiter la carrière DU BOIS AUX MOINES suite à la faillite de MONSIEUR JOANES. Autorisation accordée à condition d’accepter le prix d’extraction du m3 à 2f. Dans tous les cas il devra verser à la ville d’Avallon 7000f, même s’il n’a pas extrait 3500m3 et de verser 5000f de garantie à titre d’arrhes, plus 10000f à titre de droits d’exploitations qui seront définitivement acquis à la ville.
  • 1944 demande de renouvellement de l’exploitation de la carrière du BOIS AUX MOINES par MONSIEUR NAUDOT LOUIS. La ville refuse et met en adjudication.
  • JUILLET 1946/47 MONSIEUR BELLANGER concessionnaire est résilié pour non paiement.
  • MONSIEUR BELLANGER ayant versé 30000f à la commune, celle-ci décide de lui rembourser 18250 f.
  • 1948 MONSIEUR CHALUMEAU GASTON domicilié à Lormes (58) n’a pas payé son premier versement. Le conseil municipal avec l’accord du conservateur des EAUX ET FORÊTS décident de résilier la concession.
  • 1949 : MONSIEUR ROBERT TOUZET 89 AVENUE DE LA REPUBLIQUE à BAGNOLET (SEINE) est déclaré concessionnaire de la carrière du BOIS AUX MOINES.
  • Mais par délibération du 28 mars 1952 cède sa concession à PIERRE SAUCEDE, entrepreneur de travaux publiques à CONSTANTINE (ALGERIE) en résidence à CHEREAU par SAINT BERAIN SUR DHEUNE (SAONE ET LOIRE) pour l’exploitation de la carrière DU BOIS AUX MOINES au prix de 16f lem3 de pierre et 30f le m3 de pavés, plus une redevance annuelle de102000f plus un cautionnement de garantie de 200000f. Cette concession est valable jusqu’en DECEMBRE 1958.
  • 1959 - MONSIEUR PAUL MAITRE directeur de la société des carrières du MORVAN dont le siège est à AIGURANDE(INDRE), la ville d’Avallon lui concède pour un an la carrière DU BOIS AUX MOINES. Le loyer sera de 20000f et12f le m3 de matériaux d’empierrement.
  • 12 DECEMBRE 1959, lettre de MONSIEUR MAITRE à la PREFECTURE DE L’ YONNE ou MONSIEUR MAITRE fait savoir qu’il a fait des travaux d’aménagement dans la carrière. Réponse de MONSIEUR LE PREFET : « Vous étiez présent à la réunion du 19 NOVEMBRE pour le renouvellement de la concession, vous avez déclaré ne faire aucune offre et vous n’avez pas formulé d’observation quant au déroulement de la réunion. Aussi les travaux entrepris par vous étaient à vos risques et périls. Donc la concession se fera par appel d’offre pour 9 ans. » Etaient intéressés :
    • MORACCHINI travaux publics à SAINT DENIS 38 rue FOUQUET.
    • MAITRE entrepreneur de carrière à AIGURANDE (INDRE).
    • DOGAN entrepreneur de travaux publics et exploitant de carrière à JOIGNY RUE ALBERT GAMIER.
  • Une seule enveloppe ayant été déposée, il est procédé à l’ouverture de celle-ci. Le bureau déclare admissible la soumission présentée par MONSIEUR DOGAN. Prix offert : 10f le m3 de pierre, 20f le m3 de pavés. Et un loyer d’occupation annuel de 80000f. MONSIEUR DOGAN doit verser 10000f pour le reboisement plus 150000f de caution. Enregistré à AVALLON le 22 FEVRIER 1960 264F lourds.

Affaire DOGAN

Celui-ci n’a jamais respecté le cahier des charges, il n’a jamais exploité la carrière pas plus qu’il n’a payé de loyer.

L’affaire est portée devant les tribunaux et en 1967 la COUR DE CASSATION a condamné l’intéressé qui entre temps avait quitté la France de telle sorte que la ville n’a rien touché d’indemnité ni de loyer.

Par lettre du 8 NOVEMBRE 1973 la BANQUE NATIONALE DE PARIS de JOIGNY propose de remettre une somme de 1500f lourds, contre une main levée.

C’était la fin d’une grande carrière avallonnaise...

Un tacot de cette époque retrouvé dans les Carrières de Méluzien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document