Valleeducousin.fr

Journal > Environnement >

Pour une grande fête de la Renouée... avec des écrevisses américaines ?

Publié par Thiébaut Jourdain

Le vendredi 4 juillet 2014

Mis à jour le 21 avril 2015

Suite à notre dernier article sur le sujet, quelqu’un du Parc du Morvan nous a suggéré de procéder à des arrachages... Seulement voilà : que faire des déchets de renouée, que l’on ne peut apparemment ni transporter, ni brûler sans autorisation spéciale ? Nous proposons donc une piste : organiser une « fête de la renouée »... peut-être avec l’aide Parc, du SIVU et de la ville d’Avallon.

Recommandation du SIVU de la vallée du Cousin sur la Renouée du Japon
Extrait du Guide pratique « Espèces invasives et biodiversité », dans l’excellente collection éditée par le SIVU en 2013 (conception Atipix) et que l’on peut trouver normalement dans toutes les Mairies du SIVU... ou en contactant l’association Ginkgo.

Mais, Ma, But, Aber : que faire des plants ainsi arrachés ?

Les laisser sur place ? :-| Sûrement pas : à la première crue, ils pourraient être emportés plus loin pour constituer d’autre massifs. Les composter ? :-/ Non plus : comme nous l’avions écrit ici, un fragment de moins de 5g suffit à constituer un propagule. Les emporter pour les brûler ? Certes... mais légalement, il semble y avoir deux autres problèmes :

  1. La Circulaire du 18 nov. 2011 qui interdit le brûlage à l’air libre des déchets verts ;
  2. La Renouée du Japon, alias Fallopia Japonica, est une espèce exotique envahissante (EEE)... dont le transport semble réglementé, tout comme l’écrevisse américaine (lien donnée par Sylvie Weiss).

Si vous prenez ce risque (comme nous le faisions déjà en cachette... mais ne le dites à personne), il n’est pas sûr que le programme européen Life+ paiera votre amende !

En attendant que le Parc nous explique leur solution, nous en avons imaginé une :

Organiser une « fête de la Renouée » ?

Et si l’arrachage/brûlage citoyen se faisait dans un cadre officiel, par exemple celui d’une « fête de la renouée » en partenariat avec le Parc, le SIVU de la vallée du Cousin et la ville d’Avallon ?

Nos premiers contacts avec des conseillères et conseillers municipaux sont encourageants et ont permis d’apporter d’autres idées, comme de faire une nouvelle version des « feux de la Saint-Jean » qu’on pourrait appeler tout simplement les « feux de la renouée » et organiser à une autre date.

Panier à feu pour brûler la renouée... ou pour les ordalies
On pourrait imaginer la même chose en plus grand pour brûler la renouée ? Par exemple sur l’aire de pique-nique avant le pont des gardes ?

Question technique, il faudrait pouvoir collecter en amont le produit de la campagne de ramassage citoyen, dans des conteneurs permettant le séchage des plantes. Ceci afin d’assurer une meilleure combustion.

PNG On pourrait également déguster des plats de renouée, comme ceux présentés par Nicolas Blanche sur son blog [1]... glaneur gourmand et auteur du livre du même nom... que nous pourrions inviter pour l’occasion ? :-)

Duo d’asperges, sur http://sauvagement-bon.blogspot.fr
Merci à Nicolas Blanche pour ses nombreuses recettes publiées sur http://sauvagement-bon.blogspot.fr/

Avec pourquoi pas... en accompagnement, des assiettes d’écrevisses américaines, une autre EEE qui envahit le Cousin et que l’on peut pêcher (avec un permis) du 1er janvier au 31 décembre ? ;-)

Assiette d'écrevisses de Lousiane

Bref, l’idée principale serait de faire quelque chose de festif, utile et légal en partenariat avec les collectivités et les divers acteurs du territoire.

A suivre !


[1A condition d’avoir vérifié préalablement l’absence de métaux lourds dans les plants prélevés.

Messages

  • # Message posté le 5 juillet 2014, par L’association Traverses
    En réponse à : Pour une grande fête de la Renouée... avec des écrevisses de Louisiane  (...)

    D’abord 2 témoignages :
    nous avons un chalet en montagne à 1600 m d’altitude ; depuis 50 ans, il y avait un petit bouquet de renouée du Japon à côté du point d’eau, jolie plante ornementale à cette altitude... Depuis 10 ans, ce petit bouquet a fait des petits : il y en a partout dans un rayon de 50 mètres, et ce n’est pas fini. Ce peut être dû au débroussaillage du chemin de randonnée qui est proche, sans doute aussi au réchauffement climatique bien sensible en montagne, en tout cas c’est spectaculaire.
    Et puis chez nous, à Vermoiron, nous nous battons contre cette plante qui a envahi les îles du moulin ; depuis bientôt 5 ans, régulièrement, nous fauchons, arrachons et faisons sécher les tiges et les racines 5 à 6 fois par an , parfois plus ; et ça marche ! mais il ne faut pas arrêter d’intervenir sinon c’est la vilaine qui gagne.
    Quant à la grande fête de la renouée carbonisée, nous sommes preneurs bien sûr, il suffit que chaque faucheur volontaire dispose d’une structure permettant de faire sécher sans les disséminer les restes de ses victimes (une cage, une caisse en palettes..) qu’on peut transporter facilement vers le lieu des festivités.
    Après l’apéritif aux écrevisses américaines, on pourrait envisager une barbecue aux ragondins, autre espèce invasive ?...

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 5 juillet 2014, par S. W.
    En réponse à : Pour une grande fête de la Renouée... avec des écrevisses de Louisiane  (...)

    En tous les cas, ça donne faim tout ça ! J’étais loin de savoir qu’on pouvait faire tout cela avec de la renouée... merci pour le lien de « Sauvagement bon ».

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 5 juillet 2014, par Jean-Christophe
    En réponse à : Pour une grande fête de la Renouée... avec des écrevisses de Louisiane  (...)

    Comment allez-vous faire la collecte et le séchage en amont ? C’est le point qui me paraît compliqué dans cette affaire... car pour que ça vaille le coup il en faudrait une grosse quantité. Et où pensez-vous faire le feu ?

    En tous les cas, si ça se fait, je veux bien y participer avec quatre ou cinq amis : pour une fois qu’écolo rime avec rigolo !

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 5 juillet 2014, par SAGOLOBA
    En réponse à : Pour une grande fête de la Renouée... avec des écrevisses de Louisiane  (...)

    Cette Grande Fête de la RENOUEE est une superbe idée, avec LES FEUX de la RENOUEE en prime (ou en crime), et toutes sortes de mets savoureux à imaginer dès maintenant par des Chefs-anti-Renouées-très-doués-très-remontés-contre-la-Renouée ! : sucrés, salés, pimentés, avec des cuissons à expérimenter sur le registre A LA VAPEUR, FRITS à la POELE, GRILLES AU BARBECUE, ou tout simplement CRUS...
    Il peut-être serait-il judicieux, à ce propos, de consulter nos amis JAPONAIS, qui ont déjà plusieurs longueurs d’avance sur nous, (forcément), et dont le savoir-faire en matière culinaire est universellement reconnu, pour savoir « si ça se mange avec du riz, des algues, du manioc, du citron, des feuilles de Douglas, peut-être même des insectes ? »
    Si ça se trouve, la Renouée sera alors à l’origine d’une nouvelle génération de restaurants « nippo-morvandiaux » installés sur les rives du COUSIN ? Comment dit-on COUSIN en japonais ?
    Avec bien entendu des cars entiers de japonais séduits par cette coopération originale, et voulant voir sur place de quoi il retourne ... Il y a là une ouverture pour donner un coup de fouet au tourisme local... !

    HARAKIRI ! Heu, non, je voulais dire SAGOLOBA !

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 5 juillet 2014, par Françoise Baudot
    En réponse à : Pour une grande fête de la Renouée... avec des écrevisses de Louisiane  (...)

    Pour ce grand feu de joie, nous pouvons fournir quelques brassées et quelques bouteilles.

  • Poursuivre cette discussion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document