Valleeducousin.fr

Journal > Vie publique >

CONSULTATIONS PUBLIQUES

REQUIEM POUR LE DEBAT PUBLIC

Les failles du système

Publié par Lucytoyens

Le jeudi 26 décembre 2019

Mis à jour le 7 janvier 2020

Le site ACTUA ENVIRONNEMENT vient de relayer les défaillances du processus de consultation du public pointées par la CNDP dans son rapport d’expertise (réclamé par la LPO en décembre 2018) publié le 19 décembre dernier sur la synthèse de ces consultations.

Un avis éclairant, notamment sur les distances d’épandage des pesticides.

Le site ACTUA ENVIRONNEMENT vient de relayer les défaillances du processus de consultation du public pointées par la CNDP dans son rapport d’expertise (réclamé par la LPO en décembre 2018) publié le 19 décembre dernier sur la synthèse de ces consultations.

Un avis éclairant, notamment sur les distances d’épandage des pesticides.

Au-delà de ce pur élément de propagande, les commentaires de l’expertise menée par la garante de la CNDP, Mélanie GOFFI sous l’autorité de sa présidente Chantal JOUANNO sont éclairants, malgré « La Charte de la participation du public ».

Un petite pépite parmi d’autres : « 30 % des messages par tranche de 1 000 sont pris en compte seulement » car « les agents du ministère appliquent un principe d’échantillonnage sur les consultations recueillant plus de 10 000 contributions ».

Nous aurons beau jeu de constater que les conditions d’organisation et les prises en compte de ces consultations ne sont ni pires ni meilleures que celles des enquêtes d’utilité publique parfaitement insatisfaisantes, menées sans participation significative du public compte tenu de leur mise en oeuvre obsolète. Voir L’ENQUETE PUBLIQUE BFC en cours jusqu’au 16 janvier dans notre région.

Le Référendum d’Initative Partagée (RIP), également en cours, utilisé au sujet de la privatisation des aéroports de Paris, n’y échappe pas. Notons avec gourmandise que RIP peut signifier aussi Requiescat In Pace (Qu’il repose en paix)…

Honorons ce requiem… Et, puisque la période est aux voeux, formons celui-ci : que CES GIGANTESQUES FUMISTERIES cessent enfin pour céder la place à une véritable participation des citoyen(ne)s aux grands débats publics.


Voir en ligne : article Actua environnement 24/12/19