Valleeducousin.fr

Journal > Culture >

« Petit déjeuner de la Bibliothèque » : les romans de la rentrée littéraire.

Samedi 20 octobre 2018

Publié par Chocomousse

Le samedi 27 octobre 2018

Prochain rendez-vous samedi 17 novembre 2018 autour des livres de la guerre 14-18.

Voici les livres présentés ce jour, disponibles à la Bibliothèque :

« Les prénoms épicènes » d’Amélie Nothomb

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Les prénoms épicènes peuvent être à la fois masculins et féminins. A ce nom savant on préfère souvent le terme de prénoms mixtes.Derrière le titre d’Amélie Nothomb, l’histoire d’une relation père fille.
Ce roman sera en quelque sorte une contrepartie du précédent ’Frappe-toi le cœur’, qui traitait d’une relation mère fille.

« L’homme sans ombre » de Joyce Carol Oates

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Institut de neurologie de Darven Park, Philadelphie, 1965. Une jeune chercheuse, Margot Sharpe, rencontre Elihu Hoopes, nouveau patient, qui sera connu plus tard comme E. H., le plus fameux amnésique de l’histoire. Car cet homme élégant de trente-sept ans a été victime d’une infection qui ne lui laisse qu’une mémoire immédiate de soixante-dix secondes : tout le reste est régulièrement oublié, hormis des bribes d’un passé lointain. À chaque fois qu’il rencontre Margot, il pense la voir pour la première fois.
Au cours des trente années qui vont suivre, ces deux êtres vont apprendre à se découvrir. Margot, fascinée par son séduisant et mystérieux patient, va tenter de débloquer la mémoire figée d’E. H., d’autant plus qu’elle a identifié chez lui un traumatisme d’enfance, l’image obsédante d’une jeune fille morte flottant dans l’eau. Tandis que la surveille le tout-puissant Dr Ferris, directeur du laboratoire mémoire avec lequel elle entretient une relation trouble, et qu’elle est confrontée au machisme de ce milieu, Margot devra veiller à ne pas se perdre elle-même. Car, au fil des mois, elle ressent un sentiment profond à l’égard de son singulier patient sur lequel elle va projeter fantasmes et espoirs. Cette chercheuse que l’ambition a rendue douloureusement solitaire va pouvoir franchir sans vergogne la ligne rouge des règles de sa profession, puisque son patient oublie tout. Tiraillée entre son ambition professionnelle, son désir sexuel et son éthique médicale, elle fouille avec acharnement le passé d’E. H., mimant même un jour son fantasme d’être son épouse en leur passant à tous les deux une alliance au doigt. Leur relation devient plus complexe - et même plus violente -, tandis que la fragilité d’E. H. augmente avec le temps.
Que peut être l’identité d’un être sans sa mémoire ? Sans la possibilité de se raconter sa propre histoire ? La fascination de Joyce Carol Oates pour les neurosciences - étayée par des lectures et des entretiens avec d’éminents spécialistes - fait de ce roman ambitieux et brillamment écrit un voyage passionnant au coeur de la science du cerveau humain, tout en plaçant le lecteur au plus près de la relation intime de Margot et d’Elihu, d’autant plus intéressante qu’elle est interdite.

Sources : www.lecteurs.com

« Hélèna » de Jérémy Fell

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Kansas, un été plus chaud qu’à l’ordinaire. Une décapotable rouge fonce sur l’Interstate. Du sang coule dans un abattoir désaffecté. Une présence terrifiante sort de l’ombre. Des adolescents veulent changer de vie. Des hurlements s’échappent d’une cave. Des rêves de gloire naissent, d’autres se brisent. La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue. Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l’équilibre familial.
Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa propre souffrance qu’en l’infligeant à d’autres... Tous trois se retrouvent piégés, chacun à sa manière, dans un engrenage infernal d’où ils tenteront par tous les moyens de s’extirper. Quitte à risquer le pire. Et il y a Helena... Jusqu’où une mère peut-elle aller pour protéger ses enfants lorsqu’ils commettent l’irréparable ? Après Les Loups à leur porte, Jeremy Fel aborde cette vertigineuse question dans une grande fresque virtuose aux allures de thriller psychologique.

« Swing time » de Zadie Smith

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Deux petites filles métisses d’un quartier populaire de Londres se rencontrent lors d’un cours de danse. Entre deux entrechats, une relation fusionnelle se noue entre elles. Devant les pas virtuoses de Fred Astaire et de Jeni LeGon sur leur magnétoscope, elles se rêvent danseuses. Tracey est la plus douée, la plus audacieuse mais aussi la plus excessive. Alors qu’elle intègre une école de danse, la narratrice, elle, poursuit une scolarité classique au lycée puis à l’université, et toutes deux se perdent de vue.
La plus sage devient l’assistante personnelle d’Aimee, une chanteuse mondialement célèbre. Elle parcourt le monde, passe une partie de l’année à New York et participe au projet philanthropique d’Aimee : la construction d’une école pour filles dans un village d’Afrique. Pendant ce temps, la carrière de Tracey démarre, puis stagne, tandis que progresse son instabilité psychologique. Après une série d’événements choquants, les deux amies se retrouveront pour un dernier pas de danse.
Roman d’apprentissage et de désillusion, le cinquième roman de Zadie Smith opère également une réflexion sur le racisme, l’identité, le genre et la célébrité, avec beaucoup de rythme, d’humour et d’émotion.

« La Belle de Caza » d’In Koli Jean Bofane

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

La belle Ichrak est retrouvée un matin assassinée dans une rue de Casablanca. Tous les hommes la craignaient autant qu’ils la convoitaient ? L’enquête, racontée par un jeune Congolais récemment arrivé au Maroc, est prétexte au portrait de groupe d’un quartier populaire. Avec sa vision acérée d’une réalité amère et son humour mordant, In Koli Jean Bofane dénonce la corruption des puissants, les magouilles immobilières, la précarité des migrants et la concupiscence masculine.

« Khalil » de Yasmina Khadra

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Vendredi 13 novembre 2015. L’air est encore doux pour un soir d’hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d’explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l’acte. Il fait partie du commando qui s’apprête à ensanglanter la capitale.
Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ?
Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre une approche inédite du terrorisme, d’un réalisme et d’une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l’esprit d’un kamikaze qu’il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l’insoutenable brutalité de la folie.

« La vraie vie » d’Adeline Dieudonné

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.
Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.

D’une plume drôle et fulgurante, Adeline Dieudonné campe des personnages sauvages, entiers. Un univers acide et sensuel. Elle signe un roman coup de poing.

« Monsieur Viannet » de Véronique Le Goaziou

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Monsieur Viannet a cinquante ans. Il vit avec sa femme dans un minuscule appartement glacial, du côté de Bastille, où les courants d’air ne chassent plus l’odeur du tabac. Monsieur Viannet a autrefois été bel homme. Monsieur Viannet a autrefois été sportif. Monsieur Viannet a fait l’armée. Monsieur Viannet a des enfants qu’il ne voit plus. Monsieur Viannet, surtout, a été acquitté après avoir été accusé du meurtre de son père.
Nous pourrions très bien croiser Monsieur Viannet dans la rue, mais Monsieur Viannet ne sort plus. Il a ses cigarettes qu’il fume à la chaîne, ses bières qu’il vide du matin au soir, son écran plat qu’il n’éteint jamais et qui renvoie, comme un miroir, l’absurdité du monde. Monsieur Viannet est, que cela nous plaise ou non, notre exact contemporain.
En face de lui, la narratrice. Elle est chargée par un centre de réinsertion d’évaluer ce que deviennent les anciens résidents dont Monsieur Viannet a fait partie. C’est elle qui pose des questions. C’est elle, malgré sa rigueur professionnelle, qui se laisse hanter par le désespoir radical de Monsieur Viannet, jusqu’à la tragédie finale.

Avec Monsieur Viannet, Véronique Le Goaziou nous fait rôder à chaque instant, la gorge serrée, du côté de Beckett et de Kafka.

« Les mains dans les poches » de Bernard Chenez

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Pour percevoir à nouveau l’odeur de l’encre et du plomb, pour sentir frémir le crayon sur le papier de son premier dessin, pour entendre ces rifs de guitare protestataires qui ont rythmé ses combats, il fallait partir à l’autre bout du monde et embrasser sa mémoire…
Les mains dans les poches est une promenade nostalgique et poétique qui accepte et dépose enfin ses fantômes.

« Terres fauves » de Patrice Gain

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

David McCae, écrivain new-yorkais en mal d’inspiration et citadin convaincu doit quitter Brooklyn pour l’Alaska dans le but de terminer les mémoires du gouverneur Kearny. Le politicien visant la réélection, il envoie son porte-plume étoffer l’ouvrage d’un chapitre élogieux : le célèbre alpiniste Dick Carlson, ami de longue date, aurait de belles choses à raconter sur leurs aventures. Direction Valdez pour David, vers le froid, les paysages sauvages et un territoire qui l’est tout autant. Plus adepte du lever de coude que de l’amabilité, l’alpiniste n’en est pas moins disert et David en apprend beaucoup. Trop. Devenu gênant, la violence des hommes, et celle d’une nature qui a préservé tous ses droits, va s’abattre sur lui et l’obligera à combattre ses démons pour survivre.Patrice Gain est né à Nantes en 1961. Professionnel de la montagne, ingénieur en environnement, les territoires d’altitude et les grands espaces l’attirent depuis toujours. Il est déjà l’auteur de deux romans aux éditions Le mot et le reste : La Naufragée du lac des Dents Blanches (Prix du pays du Mont-Blanc et Prix « Récit de l’Ailleurs » des lycéens de Saint-Pierre et Miquelon) et Denali.

« Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Août 1992. Une vallée perdue quelque part à l’Est, des hauts fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a 14 ans, et avec son cousin, ils s’emmerdent comme c’est pas permis. C’est là qu’ils décident de voler un canoë pour aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt, cette France de l’entre-deux, celle des villes moyennes et des zones pavillonnaires, où presque tout le monde vit et qu’on voudrait oublier.

« Les glorieuses : la plus jolie fille de Paris » de Frédéric Stenz

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

La plus jolie fille de Paris. Qui est-elle ? Sait-on jamais vraiment qui sont les gens ? En tous les cas, elle risque de vous surprendre. Comme tous les personnages de ces années grandioses, qui s’éparpillent joyeusement des fifties jusqu’aux seventies. Tout y était possible nous en a-t-on dit. À condition de ne pas sortir des clous. Parce qu’entre les yéyés, les rockys, les beatniks, les fachos et quelques guerres sans en avoir l’air, tout n’était pas forcément rose. Parenthèse enchantée sur le papier. Presque parfaite. Oui mais. Il suffit parfois de soulever un coin du tapis pour déterrer de drôles de surprises et de curieux cadavres. On y croise aussi des petites histoires qui auraient bien aimé faire partie de la grande. Des âmes décalées ou recalées dans une société mutante qui allait déjà beaucoup trop vite pour elles. Alors on pouvait toujours essayer de rire, de rêver sa vie, à défaut de vivre son rêve. Autant dire que derrière le pop, le wild et le glossy, des larmes discrètes, secrètes parfois, font couler le rimmel et fader les sourires. C’était sans doute le début de la fin pour toutes les utopies, même si elles s’y montraient encore touchantes, papier glacé et sucre glace, politesse et pince à vélo. Ou calandres chromées et crans d’arrêt. Qui saura qui saura ? Qui croire surtout ? Celles et ceux qui en auront été ou ces autres-là qui sont carrément passés à côté ? Orgueils mouchés, légendes défaites, ballades en marge, doutes et souffrances au beau milieu de ces pages souriantes et presque trop polies, écrites à l’encre de guimauve et de coca-cola. Moments de grâce fugaces, figés, saisis dans le glacis technicolor. Voilà, c’était les heures de gloire... mais à la gloire de quoi ?

« Les rêveurs » d’Isabelle Carré

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

Voici les livres présentés ce jour qui ne sont pas encore disponibles à la Bibliothèque :

« Mourir n’est pas de mise » de David Hennebelle

Récit biographique des trois dernières années de la vie de Jacques Brel aux îles Marquises, où le chanteur cherche, loin de la Belgique, à retrouver le paradis perdu de l’enfance.

« Pêche » d’Emma Glass

Il est arrivé quelque chose à Pêche. Elle erre dans la rue, du sang coule sur ses jambes, l’odeur de son agresseur lui colle à la peau. Ça lui fait mal de marcher mais elle parvient à rentrer à la maison en titubant et tombe sur une autre réalité cauchemardesque : celle de son cercle familial, qui ne semble s’apercevoir de rien. Ça devient difficile pour elle de trouver le sommeil, et plus difficile encore de travailler quand l’odeur graisseuse des saucisses grillées envahit ses narines, sans parler de s’alimenter. Même si elle tente de fermer les yeux sur ce qui s’est passé, Pêche finit par envisager l’acte drastique, cruel, qu’elle se doit d’entreprendre.

Dans cet éblouissant premier roman, Emma Glass articule l’indicible avec une verve à couper le souffle. Physiquement intense, dans une prose rythmée, qui plonge au plus profond, Pêche marque l’arrivée d’une voix nouvelle et visionnaire.

« Destination Pluton » de Marcel Battin

Des envahisseurs radiophoniques, une Shoah post-apocalyptique, un responsable de la destruction atomique dont le châtiment sera... de ne pas en avoir, des enfants qui ont pris le pouvoir pour empêcher que les adultes réitérèrent leur folie, des extra-terrestres égarés, une « Passion » dans un autre monde, des vieux qui vont affronter avec des moyens dérisoires des puissances dévastatrices d’origine très étrangère, des monuments qui s’effondrent, des voitures pensantes, et même du polar, décalé certes, et des poèmes, et tant d’autres choses inclassables... Voici tout ce que vous pourrez trouver chez cet écrivain intemporel qu’est Marcel BATTIN. Que je vous envie d’avoir le plaisir de découvrir tout cela ! En route... Destination Pluton !

« Ce que l’homme a cru voir » de Gautier Battistella

Simon Reijik a refait sa vie. Son métier : effacer les réputations numériques, libérer les hommes de leur passé. Lui-même croyait s’être affranchi de son histoire, jusqu’au coup de téléphone d’une inconnue. Simon abandonne sans explication sa femme Laura, et retourne sur les lieux où il a grandi.
Il retrouve près de Toulouse cette terre gasconne, si attachante qu’on la dit amoureuse. Il l’avait fuie, elle ne l’a jamais quitté. Les acteurs de son enfance, vivants et morts, se rappellent à lui. C’est l’heure des comptes. Le voici contraint d’accomplir le chemin qu’il a refusé de suivre vingt ans auparavant. Simon a cru voir, il s’est trompé. On ne sait jamais ce que le passé nous réserve.
Un parcours initiatique d’une grande puissance, porté par une écriture charnelle, sensible, intense.

Les résumés des livres sont issus du site http://www.babelio.com