Valleeducousin.fr

Journal > Culture >

C’était samedi 17 février 2018 : le « Petit déjeuner de la Bibliothèque » ayant pour thème l’humour et l’absurde.

Publié par Chocomousse

Le lundi 19 février 2018

Mis à jour le 3 mars 2018

Prochain rendez-vous samedi 17 mars 2018 pour le thème « En route pour l’Everest ».

Voici les livres présentés ce jour, disponibles à la Bibliothèque :

 « Demande au muet » d’Hervé Le Tellier

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Demande au muet est une série de dialogues courts où un maître, d’une intelligence relative, répond à son disciple, guère plus malin. Néanmoins, de temps à autres, tout comme une montre arrêtée finit par donner l’heure exacte, un jaillissement du sens, une fulgurance de la pensée ne sont pas impossibles. Oscillant entre nonsense et sagesse, ils traitent du monde avec l’absolu sérieux et la distance ironique qui conviennent.

 « Tout Desproges » de Pierre Desproges

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Vingt ans après sa disparition, Desproges est remis en lumière au Seuil sans qu’il ait pris une ride.
De ses « brèves » publiées dans L’Aurore dans les années 70, à ses Chroniques de la haine ordinaire parues en 1987, Tout Desproges paraît en un seul volume, accompagné d’un cahier hors-texte d’une cinquantaine de photographies de l’auteur pour la plupart inédites, et d’un DVD offert qui contiendra des interviews marquantes réalisées par l’auteur, des extraits de ses spectacles, et des images de comédiens qui se situent dans l’héritage de Desproges.

Détail du livre :
- Un cahier hors-texte de 24 pages, N&B, photos inédites pour la plupart avec de petites phrases de Desproges en légende.

En bonus : un DVD d’une demi-heure dans pochette transparente collée en page 3 de couverture.
Le contenu : axé sur l’aspect littéraire de l’œuvre de Desproges :

- au moins 2 interviewes menées par Desproges : Sagan et Jean-Edern Allier.
- 1 extrait de Monsieur Cyclopède.
- 2 extraits de spectacles (« L’ascenseur » (Grévin) et dans « Obsessions » : L’Évier (Fontaine))
- plusieurs extraits d’images de comédiens qui disent du Desproges : Dominique Valadié (« Ecriveur »), Jérôme Deschamps (« La rumeur »), Philippe Torreton (« Criticon »), Didier Besace (« Que choisir »), Catherine Jacob (« Bonne conscience »), André Dussolier (« L’aquaphile »).

- en exclusivité, des images de scène et une interview d’un jeune comédien qui tourne actuellement en province, totalement inspiré par Desproges : Emmanuel Matt.

- Conclusion de Pierre Desproges (extrait de Grévin « QI 130 »… Cherchez l’intru.)

Le DVD s’intitule « Du passé à l’avenir », car non, Desproges n’est pas mort !

« Tony Chu - Tome 1 : Goût décès » de John Layman et Rob Guillory

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

L’Inspecteur Tony Chu a un secret. Ou plutôt un pouvoir... Enfin, quelque chose d’un peu bizarre qui fait de lui un cibopathe. Cela signifie qu’il est capable de retracer psychiquement la nature, l’origine, l’histoire et même les émotions de tout ce qu’il ingurgite. Cela fait de lui un enquêteur de premier ordre, notamment lorsqu’il doit ’goûter’ à la victime d’un meurtre pour coincer le criminel... Ses capacités hors du commun vont l’amener à enquêter sur des affaires plus étranges les unes que les autres... Succès immédiat lors de sa publication aux Etats-Unis, cette série atypique, et totalement déjantée à toutes les raisons d’être... au goût du public ! Ce premier album des aventures de Tony Chu, Détective Cannibale est une mise en bouche à l’arrière-goût tenace, qui en revanche ne vous laissera pas sur votre faim. A dévorer sans modération !

« Vous plaisantez, monsieur Tanner » de Jean-Paul Dubois

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

’Eh bien moi, vous me verrez tous les jours de la semaine. - Vous plaisantez, monsieur Tanner. En tout cas, il faut qu’on se mette d’accord : qui est-ce qui va commander ? ’ Paul Tanner, documentariste animalier, menait une existence paisible avant d’hériter de la maison familiale. Décidé à la restaurer de fond en comble, il entreprend des travaux. Tandis qu’il s’échine sur les sols, les corps de métier défilent. Maçons déments, couvreurs délinquants, électriciens fous... tous semblent s’être donné le mot pour lui rendre la vie impossible.
Récit véridique d’un chantier, chronique d’un douloureux combat, galerie de portraits terriblement humains, ’Vous plaisantez, monsieur Tanner’ se lit comme une comédie. Une comédie menée par un narrateur qui ressemble fort à son auteur.

« Soins intensifs » d’Alan Bennett

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Miclgley, la quarantaine indécise, a souvent rêvé de tuer son père et, clans ses rêves, tout allait très vite. Quand on lui apprend que le vieil homme est à l’article de la mort, Midgley est presque soulagé, persuadé qu’une nouvelle vie l’attend, loin du mépris et de l’emprise paternels.

Pourtant, à l’hôpital du Yorkshire où son insupportable géniteur est transporté clans un état grave après une attaque, rien ne se passe comme prévu : l’agonie est interminable.

Midgley refuse alors d’offrir une ultime occasion à son père d’être déçu et décide de rester à son chevet, en fils modèle, jusqu’à son dernier souffle. Mais même inconscient et mourant, le vieillard réussira à faire de ces derniers moments partagés un petit séjour en enfer.

Les saynètes hilarantes aux dialogues grinçants se succèdent ; attisées par une vieille tante et une épouse moyennement solidaire, les embrouilles familiales prennent le dessus. Même le personnel hospitalier s’en mêle.

Et alors que la libération se fait attendre, le lecteur suit avec délices la mise en scène de l’hypocrisie sociale et des difficiles relations père-fils.

À l’origine scénario d’une désopilante série télévisée de la BBC des années 80, Soins intensifs distille au fil des pages le meilleur de l’humour british : quiproquos délirants, dialogues caustiques, humour noir. Mais Bennett ne s’arrête pas là. En transformant son script en véritable roman, il étoffe ses personnages et s’offre une belle critique sociale.

« Les amnésiques n’ont rien vécu d’inoubliable » d’Hervé Le Tellier

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Les amnésiques n’ont rien vécu d’inoubliable rassemble mille « pensées » ludiques pouvant constituer autant de réponses à la question : « À quoi tu penses ? » Ni vraie fiction ni autobiographique déguisée, ce livre ne semble délivrer aucun message. Les thèmes abordés sont aussi changeants que nos pensées fugitives, et on y parle plus souvent de l’amour, de la sexualité ou de la mort que du comportement animal, voire de la conduite automobile sur route départementale, il ne faudrait rien conclure de définitif à partir de ce seul constat.

« Agatha Raisin enquête - Tome 2 : Remède de cheval » de M C Beaton

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Après la pluie, le beau temps ! Agatha Raisin est désormais bien installée dans son cottage de Carsely en compagnie de ses deux chats.

Cerise sur le pudding, le nouveau vétérinaire du village ne semble pas insensible à ses charmes. Quand le beau véto succombe à une injection de tranquillisant destinée à un cheval rétif, la police locale conclut à un malencontreux accident.

Mais pour Agatha, dont le flair a permis de résoudre l’affaire de La Quiche fatale, il s’agit bien d’un meurtre. A l’étonnement de tous, le séduisant colonel James Lacey partage pour une fois l’avis de son entreprenante voisine. Et nos deux détectives-amateurs se lancent dans une enquête bien plus périlleuse qu’ils ne l’imaginaient...

« La reine des lectrices » d’Alan Bennett

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Que se passerait-il outre-Manche si Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si, tout d’un coup, rien n’arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu’elle en vienne à négliger ses engagements royaux ?

C’est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les sœurs Brontë, Jean Genet et bien d’autres défilent sous l’œil implacable d’Elizabeth, cependant que le monde empesé so British de Buckingham Palace s’inquiète.

Du valet de chambre au prince Philip, tous grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l’implacable protocole de la maison Windsor.

Un succès mondial a récompensé cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

Les résumés des livres sont issus du site http://www.babelio.com