Valleeducousin.fr

Journal >

Le Cousin (rivière)

Publié par La rédaction

Le samedi 22 juin 2013

Mis à jour le 6 décembre 2014

Le Cousin est une rivière française de Bourgogne, affluent de la Cure, et donc sous-affluent de l’Yonne et aussi de la Seine.

Le Cousin : la passerelle des gardes
Document n°4
Le Cousin : la passerelle des gardes

Géographie

D’une longueur de 66,7 km1, le bassin versant du Cousin est principalement situé dans le département de l’Yonne en région de Bourgogne, une partie se trouvant en Côte-d’Or.

Le Cousin prend sa source à cheval sur les départements de la Nièvre et de la Côte d’Or à 610 m d’altitude. Il est formé par, d’une part la source de la Serpe située dans les bois de Larchotte sur la commune d’Alligny-en-Morvan (Nièvre) à proximité de Fétigny, et d’autre part la Fontaine de la Croix située dans les bois de Combre sur la commune de Champeau-en-Morvan (Côte d’Or). Ces deux sources se rejoignent après environ 200 mètres pour former le Cousin. 500 mètres après cette jonction, le Cousin alimente l’étang des Hâtes, puis l’étang Cousin, puis l’étang Larnier avant d’alimenter l’étang de Champeau.

De là, il poursuit sa route pendant environ 6 km jusqu’à l’étang de la Chevrée sur la commune de Saint-Agnan. Il alimente ensuite le lac de Saint-Agnan et c’est seulement à sa sortie du lac qu’il prend le nom de Trinquelin.

C’est à sa jonction avec la Romanée, 13 kilomètres en aval, qu’il reprend le nom de Cousin.

Affluents

  • Le Chailloux
  • La Romanée
  • Le Marrault
  • Le Creusant (Creuzant) 12,3 km

Hydrologie

Le crôt de la foudre

Son débit a été observé sur une période de 14 ans (1994-2007), à Avallon, ville du département de l’Yonne, située à peu de distance de son confluent avec la Cure, qui se trouve à Givry.

Le module du Cousin est de 3,92 m3⋅s-1 et correspond à un bassin versant de 366 kilomètres carrés.

La rivière présente d’assez importantes fluctuations saisonnières de débit, avec des crues d’hiver portant le débit mensuel moyen entre 5,1 et 8,7 m3, de décembre à avril inclus (maximum en février), et des basses eaux d’été, se déroulant sur une période assez longue, allant de juin à octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu’au niveau de 0,58 m3 au mois d’août. Ainsi le Cousin apparaît plus irrégulier que sa rivière-mère, la Cure.

Aux étiages, le VCN peut chuter jusque 0,089 m3 en cas de quinquennale sèche, soit à peine 89 litres par seconde, ce qui est assez sévère. Mais ce fait est fréquent parmi les cours d’eau du bassin de l’Yonne.

D’autre part les crues peuvent être fort importantes, compte tenu de la taille du bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 53 et 71 m3⋅s-1. Le QIX 10 est de 82 m3⋅s-1, le QIX 20 de 93 m3, tandis que le QIX 50 n’a pas été calculé faute d’une durée d’observation suffisante.

Le débit instantané maximal enregistré à Avallon a été de 90,9 m3⋅s-1 le 14 mars 2001, tandis que la valeur journalière maximale était de 65,7 m3⋅s-1 le même jour. En comparant la première de ces valeurs à l’échelle des QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était d’ordre vicennal, et donc destinée à se répéter tous les 18-20 ans en moyenne

La lame d’eau écoulée dans le bassin du Cousin est de 339 millimètres annuellement (429 pour l’ensemble du bassin de la Cure), ce qui est assez élevé dans le cadre du bassin versant de la Seine (plus ou moins 240 millimètres) et un peu supérieur à la moyenne d’ensemble de la France (320 millimètres). Le débit spécifique (Qsp) atteint 10,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin (contre 13,6 pour la Cure).

Source : Wikipedia