Valleeducousin.fr

Journal > Culture >

C’était samedi 10 octobre 2015, L’Autre Prix était remis à la Librairie L’Autre Monde.

Publié par La librairie L’Autre Monde

Le lundi 12 octobre 2015

Mis à jour le 15 octobre 2015

Le jury constitué de 21 membres a présenté les coups de cœur de la rentrée littéraire étrangère et française 2015, lors d’une chouette soirée.

Comme promis lors de la soirée, voici le petit récapitulatif des titres que nous avons aimés et défendus samedi soir.

Crédits : Isabelle Huberdeau-Houé

 Rentrée littéraire domaine étranger

1.Toni Morrison, Délivrances (Editions Bourgois)
Le livre réunissant toute l’œuvre de Toni Morrison. Si vous devez lire un seul livre de cet auteur, c’est Délivrances.

2. Owen Sheers, J’ai vu un homme (Rivages)
Le livre qui ne regarde pas la marche du monde mais l’homme dans la marche du monde. Dans une tension grandissante et une très belle écriture.

3. Vanessa Barbara, La Nuit des laitues (Zulma)
Notre histoire d’homme ours s’ouvrant aux autres où il est question de gratin aux choux-fleurs, ce qui n’est pas fréquent dans un roman.

4. Martin Suter, Montecristo (Christian Bourgois)
Un roman qui mèle complot, polar, roman noir... L’histoire de ce réalisateur qui trouve enfin SON sujet.

5. Iain Levison, Ils savent tout de vous (Liana Levi)

Le livre où l’on recherche des télépathes pour des missions très spéciales, mais où globalement rien ne se passe comme prévu.

6. Javier Cercas, L’imposteur (Actes Sud)
L’histoire de ce président de l’association des anciens déportés d’Espagne qui n’a jamais été déporté... Ou comment écrire un roman sur une sale personne en suivant l’histoire au plus proche.

7. Anthony Breznican, Brutes (Denoël)
Des ados sont dans un établissement scolaire qui est presque réduit à l’état de ruines. Il est la parfaite image de la société constituée par les élèves et responsables entre renoncement, violence, dépravation et corruption. Le bizutage y a toute sa place mais lorsque les plus jeunes se rebiffent, c’est la guerre.

 La rentrée littéraire française

1. Patrick Roegiers, L’Autre Simenon (Grasset)
L’histoire de Christian, le frère de Georges, effacé et sans relief. Chrisitian qui va trouver sa place dans la montée du fascisme en Belgique. Un livre qui raconte l’extrême droite des années 30-40 mais qui nous parle de notre époque...

2. Christophe Boltanski, La Cache (Stock)
L’histoire de la famille Boltanski, ce clan où l’inventivité est une vertu. Et l’histoire des Boltanski lors de la seconde guerre mondiale.

3. Hédi Kaddour, Les Prépondérants (Gallimard)
SI Evelyne pouvait choisir le prochain Goncourt, ce serait ce roman.

4. Judith Perrignon, Victor Hugo vient de mourir (L’Iconoclaste)
Un roman très proche de l’histoire, qui raconte la plus grande manifestation en France : celle célébrant les obsèques de Victor Hugo.

5. Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie (Lattès)
Quand Delphine rencontre et accepte l’aide d’une écrivaine afin de se concentrer sur son écriture. Une aide de plus en plus malsaine voire effrayante...

6. Dorothée Werner, Kouri (JC Lattès)
Cette femme qui déteste le train et le pays où elle doit se rendre... Et pour cause, nous parlons de Germaine Tillion qui doit aller témoigner contre deux femmes lors d’un procès pour crime de guerre.

7. Sorj Chalandon, La Légende de nos pères (Grasset)
Roman plus intime parlant du père de Sorj Chalandon, ce super espion incroyable. Mais finalement être le fils d’un espion ou d’un agent secret peut être plus destructeur.

8. Gérard Lefort, Les Amygdales (Stock)
Roman à la fois drôle et acide sur une bonne famille où le paraître et la maîtrise de soi sont des vertus cardinales. Sauf pour le narrateur qui n’aime rien de plus que de dire tout ce qu’il pense.

9. Charif Majdalani, Villa des femmes (Seuil)
Roman sur la période de la guerre du Liban au travers des yeux du chauffeur de la famille. Un roman sur les femmes d’une très belle écriture.

10. Pierre Raufast, La variante chilienne
L’histoire de Florin, cet homme ayant perdu la mémoire et qui collectionne des cailloux afin de se rappeler de sa vie. Roman qui nous narre des épisodes de cette vie baroque, drôle, frôlant régulièrement le conte.

11. Marie-Hélène Lafon, Chantiers (Editions des Busclats) et Histoires (Buchet Chastel)
Cette année nous sommes gâtés avec deux ouvrages, à chaque fois des nouvelles développant certains aspects de personnages rencontrés lors des précédents ouvrages de MH Lafon. On aime que voulez-vous !

12. Fabrice Loi, Pirates (Gallimard)
Roman extrêmement prenant et instructif sur ces groupuscules luttant d’abord contre la pollution et devenus pirates au large de la Somalie.

13. Claire Delannoy, Méfiez-vous des femmes exceptionnelles (Albin Michel)
Ce sont ces cinq femmes au rang social enviable qui se retrouvent de loin en loin. On regarde leur vie évoluer dans une écriture tout en délicatesse.

14. Thomas Reverdy, Il était une ville (Flammarion)
Roman sur la ville de Détroit après le scandale des subprimes. Entre roman et policier, Thomas Reverdy nous raconte une ville en pleine déliquescence où plus personne ne se préoccupe de son entourage. Quoique...

Crédits : Isabelle Huberdeau-Houé

 LES FINALISTES DE L’AUTRE PRIX

1. Héloise Guay de Bellissen, Les enfants de chœur de l’Amérique (éditions Anne Carrère)
Roman articulé en quatre cœurs autour des assassins de John Lennon et de Ronald Reagan. Roman travaillant sur la violence des armes aux Etats-Unis dans une structure originale.

2. Emily Barnett, Mary (Rivages)
Texte où deux Mary se croisent, l’une à la première personne et l’autre à la troisième personne. Il nous entraîne dans des méandres jusqu’à nous perdre. Selon Delphine : roman psychanalytique.

3. Dominique Pascaud, La Figurante (La Martinière)
Le court moment où le destin d’une femme de ménage aurait pu basculer entre sa condition de femme invisible à celle d’actrice de cinéma.

4. Antoine Choplin, La Forêt d’arbres creux (La Fosse aux ours)
Roman se déroulant dans le ghetto de Terezin où un groupe de dessinateurs doit faire des plans de construction le jour, et se donnent pour mission de relater la réalité du ghetto la nuit.

5. Jérémy Fel, Les Loups à leurs portes (Rivages)
LE GRAND GAGNANT !!!

6. Franz Bartelt, Depuis qu’elle est morte elle va beaucoup mieux (Les éditions du Sonneur)
Roman autobiographique traitant d’un sujet d’une très grande actualité : la condition d’accompagnant d’un parent atteint de la maladie d’Alzeimer en fin de vie. Une écriture d’une très grande justesse, jamais larmoyante : un cours et grand texte.

7. Sophie Divry, Quand le diable sortit de la salle de bain (Les éditions Noir sur blanc)
Sophie tente de devenir écrivain mais est surtout au chômage et en grande difficulté financière. Et pourtant ce roman est pétulant, inventif, drôle mais ne perd jamais de vue le sujet principal : la condition de chômeur en France.

 Et voici L’Autre Prix 2015 : Jérémy Fel pour « Les loups à leur porte » aux éditions Rivages.

Daryl est originaire des grandes plaines céréalières des États-Unis, et comme bien des adolescents, il est en conflit avec ses parents. Alors pour se sortir de l’ornière familiale, il adopte une méthode plutôt radicale : il met le feu à la maison parentale en pleine nuit afin de se débarrasser d’une famille beaucoup trop encombrante pour sa destinée.

Les Loups à leur porte commence fort, ce roman nous happe immédiatement dans une ambiance à David Lynch. Et cela ne fait que commencer... Jeremy Fel, grâce à une construction très malicieuse, vient nous capturer dans sa toile, la construit peu à peu et ne nous lâche plus. Chaque chapitre nous raconte l’histoire d’un personnage, au début sans lien apparent entre eux. Mais une résonance commence à se faire entendre, à peine perceptible au début, qui gonfle peu à peu et finit par prendre tout son sens. Je vous assure que l’effet est garanti ! Jérémy Fel crée en nous une forme d’addiction, chaque chapitre appelle le suivant avec une forme d’urgence. Mais, dans le même temps, il joue avec nos sentiments et provoque en nous de belles contradictions entre attirance et gêne, allant parfois jusqu’au rejet.

Les Loups à leur porte est un roman d’exploration de la noirceur humaine. Jérémy Fel nous propose une galerie de personnages incroyablement riche : un certain Walter tellement mauvais qu’il en est simplement glaçant, Mary Beth obligée de quitter son anonymat afin de faire face à son passé, Duane qui décide de protéger un gamin qu’il connaît à peine, et tant d’autres encore : plus ou moins écorchés, psychotiques ou simplement dépassés. Alors d’où vient cette envie irrépressible de poursuivre notre lecture ? Parce que ce texte est de la littérature noire et blanche, grise en somme. Et cela lui donne une saveur et une ambiance toutes particulières.

Maintenant il est temps de plonger dans cette petite pépite. Mais une chose est sûre : nous sommes devant un premier roman assez fascinant, et qui en aucun cas ne vous laissera indifférents.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document