Valleeducousin.fr

Journal > Environnement >

Film documentaire

« Hêtre et Avoir » : un beau documentaire sur la gestion forestière présenté par le Parc du Morvan à Avallon

C’était au cinéma Vauban, à Avallon, le jeudi 26 mars 2015

Publié par L’association Ginkgo

Le jeudi 26 mars 2015

Mis à jour le 29 mai 2016

De l’exploitant à la scierie, en passant par les experts forestiers, les scientifiques, les bûcherons et même les transporteurs, ce documentaire présenté par Olivier THIEBAUT, chargé de missions au Parc du Morvan, a donné lieu à un échange très intéressant sur les méthodes de gestion et l’avenir des forêts. L’occasion parfaite pour annoncer officiellement notre table ronde du vendredi 2 octobre 2015 à Avallon, ayant pour titre « Quel devenir pour nos forêts ? », à laquelle sont invités Monsieur Jean-Yves Caullet, l’ONF, le CRPF, le Parc du Morvan, l’expert forestier Roland Susse et l’association Autun Morvan Écologie. Voici quelques morceaux choisis.

Le DVD « Hêtre et Avoir »

Hêtre et Avoir, Film d’auteur et balade interactive en forêts du Morvan et du plateau de Millevaches, réalisé par Paul-Aurélien Combre et Samuel Ruffier
Document n°1341
Hêtre et Avoir, Film d’auteur et balade interactive en forêts du Morvan et du plateau de Millevaches, réalisé par Paul-Aurélien Combre et Samuel Ruffier
Retrouvez le DVD sur le site de l’Harmattan
Crédits : 2014, L'Harmattan et les Parcs naturels régionaux du Morvan et de Millevaches-en-Limousin

Vous pouvez aussi découvrir la balade interactive sur internet à cette adresse.

La carte de la balade interactive

Carte de la balade interactive proposée par le documentaire « Hêtre et Avoir »
Document n°1343
Carte de la balade interactive proposée par le documentaire « Hêtre et Avoir »
Un sommaire cartographique permettant de choisir l’ordre dans lequel on va pouvoir découvrir l’ensemble des personnes interviewées.

L’acheteur interviewé : Michel Brunet, responsable d’exploitation forestière

Michel Brunet est responsable de l’exploitation pour Creuse Forêt, qui travaille pour les scieries du groupe Mallarini. Ce qu’il dit : pour avoir de la valeur, un arbre doit être bien droit, pas trop conique, avec le moins de branches possible, afin de permettre, au sciage, d’avoir des planches sans nœuds. Un gros arbre avec beaucoup de branches aura un prix du m3 plus bas qu’un arbre sans nœud d’environ 30cm de diamètre. « Le plus rentable pour nous, ce sont des bois d’environ 25-30cm de diamètre, permettant à une abatteuse de couper 300m3 de coupe de bois par jour... et à une scierie d’avoir des rendements très élevés. »

Une scierie industrielle : Bois et Sciages de Sougy, représentée par Stéphane Vives

Stéphane Vives, de Bois et Sciage de Sougy, dans le film « Hêtre et Avoir »
Document n°1348
Stéphane Vives, de Bois et Sciage de Sougy, dans le film « Hêtre et Avoir »
Stéphane Vive est Président du Directoire de Bois et Sciage de Sougy SA (58), Monnet-Seves. Lieu : Sougy-sur-loire (58).

Bois et sciages de Sougy et Mennet-Seve, qui d’après Stéphane Vives est « leader français de la première transformation de bois résineux », s’approvisionne en sapin, épicéa et douglas, localement et régionalement, c’est à dire à 90% dans un rayon de 100km autour de la scierie. Selon Stéphane Vives, « la sylviculture en futaie jardinée n’est plus « adaptée ». Par, contre le système de plantation qui a lieu dans le Morvan est « parfaitement adapté » : des bois « mieux tenus », biens calibrés, bien droits, avec moins de branches, moins de nœuds, permettant une meilleure productivité dans l’industrie. »

Une scierie artisanale : la scierie Cotineau, représentée par Christophe Perrin

Christophe Perrin, de la scierie artisanale Cotineau, dans le film « Hêtre et Avoir »
Document n°1350
Christophe Perrin, de la scierie artisanale Cotineau, dans le film « Hêtre et Avoir »
Christophe Perrin est le représentant de la quatrième génération de la Scierie Cotineau, qui existe depuis 1920.

« Nous sommes une petite scierie artisanale, avec 5 personnes qui passe en un an le volume passé en une journée dans les grosses scieries. On transforme un quinzaine d’essences locales : environ 60-70% de chênes, 5 à 10% de peupliers et autres feuillus... le reste étant constitué de sapin, épicéa, douglas, mélèze. Notre rayon d’approvisionnement est de 50-60km à la ronde, 80-100km quand on trouve des lots intéressants. On scie essentiellement à la demande, pour une clientèle composée d’environ 50% d’artisans, 30% de particuliers, 20% environ d’industriels. »

L’intervention de Roland Susse, expert et gestionnaire forestier

Précision : Roland Susse fait partie de nos invités pour la table ronde sur la forêt du vendredi 2 octobre 2015.

Roland Susse, Expert et gestionnaire forestier indépendant, dans « Hêtre et Avoir », un documentaire réalisé par le Parc du Morvan
Document n°1344
Roland Susse, Expert et gestionnaire forestier indépendant, dans « Hêtre et Avoir », un documentaire réalisé par le Parc du Morvan
Roland Susse, Expert forestier
Ingénieur Civil des Forêts (ENGREF 1972)
Président de la CNIEFEB
Président de l’Association Futaie Irrégulière (AFI)
Membre fondateur de Pro Silva France
Expert près de la Cour d’Appel de Dijon

Ce que dit Roland Susse à propos de la futaie régulière

« La futaie régulière est calquée sur le monde agricole. L’objectif : aboutir à un produit homogène, facile à mobiliser et à commercialiser. Cela veut dire que dans une parcelle unique nous avons un seul âge. Exemple : les plantations de douglas dans le Morvan. Jusqu’à 40-45 ans, on fait des petites éclaircies qui ne vont pas rapporter grand chose. Puis on coupe tout et on repart à zéro : c’est à dire qu’on replante pour un coût de 3 à 5000 Euros / hectares, « un argent placé » dont on ne récolte les fruits que 40 ou 50 ans plus tard. »

Schéma de la futaie régulière, dans le film « Hêtre et Avoir »
Document n°1346
Schéma de la futaie régulière, dans le film « Hêtre et Avoir »

Ce que dit Roland Susse à propos de la futaie irrégulière

« Il s’agit d’un mélange d’arbres d’essences et d’âges différents qu’on prélève au fur et à mesure de leur accroissement, comme les intérêts d’un placement dont on conserverait le capital. On constate qu’après une vingtaine d’années on a récolté la valeur du capital initial et qu’on a toujours ce capital sur pied. »

Schéma de la futaie irrégulière, dans le film « Hêtre et Avoir »
Document n°1345
Schéma de la futaie irrégulière, dans le film « Hêtre et Avoir »

Pour Roland Susse, jouer la carte de la biodiversité est un atout très positif :

  • Meilleure production de l’ensemble de la forêt
  • Meilleure résistance aux contraintes parasitaires, climatiques...
  • Des résultats pérennes
  • Plus rentable sur la durée

Intervention de Jacques Ranger, enseignant-chercheur, sur le site de Breuil-Chenue

Jacques Ranger, Enseignant-chercheur (INRA Nancy), dans le documentaire « Hêtre et Avoir »
Document n°1349
Jacques Ranger, Enseignant-chercheur (INRA Nancy), dans le documentaire « Hêtre et Avoir »
Jacques Ranger travaille pour l’INRA de Nancy dans l’Unité Biogéochimie des Ecosystèmes Forestiers (BEF) de Champenoux (54280). Il est interviewé sur le Site atelier de BREUIL-CHENUE.

« On est sur un site expérimental, installé sur un peuplement de Douglas. L’objectif est de montrer les interactions qui peuvent exister entre les arbres et le sol. Ce dernier n’est pas qu’un support dans lequel l’arbre s’ancre : l’arbre développe des relations bien plus compliquées avec le sol sur lequel il se développe.

Plus on coupe un peuplement jeune, plus on va exporter de la minéralomasse, c’est à dire des éléments nutritifs séquestrés dans le bois. Si on exporte ces éléments nutritifs, la deuxième génération d’arbres devra pousser sur un sol moins fertile : il faudra réviser à la baisse l’accroissement courant potentiel que l’on pourra avoir. Ce qui aboutit, pour le propriétaire, à une valorisation de sa forêt de moins en moins efficiente.

Les solutions à explorer : produire des peuplements avec moins de capital sur pied... c’est à dire moins d’individus qui se partagent une ressource plus maigre. Mélanger les essences : le comportement d’un peuplement composé d’une essence pure n’est pas le même que lorsqu’on est en présence d’un mélange deux, trois ou plusieurs essences différentes. Une sylviculture plus dynamique, c’est à dire intervenir plus souvent en forêt, mais avec moins d’impacts. »

Quelques points évoqués pendant les échanges, après le visionnage du film

Dans le désordre... et de manière non exhaustive, voici les points ou chiffres évoqués dans le public, lors des échanges animés par Olivier Thiébaut après le visionnage du documentaire.

  • Les trois-quart de la forêt française appartiennent à 3,5 millions de privés qui, dans la limite de la réglementation en vigueur, décident individuellement la manière dont ils gèrent leur propriété : la forêt française est donc très morcelée ;
  • Dans le Morvan, on compte 19000 propriétaires forestiers privés ;
  • A cause des prélèvements précoces (avant maturité) les arbres n’ont pas le temps de redonner au sol une partie de ce qu’ils ont « pris » dans le sol, risquant d’aboutir, dans 50 ans, à une baisse de la productivité d’environ 30%... à moins que l’on compense avec des amendements chimiques, ce qui posera les mêmes problèmes que dans l’agriculture conventionnelle ;
  • 1975 : date de début de la mécanisation... et de la fin des « bûcherons » ;
  • Quand on dit que le douglas est réputé être de classe 3, c’est à dire pouvant résister naturellement, sans traitement, à un usage extérieur... ce n’est vrai que pour le bois de cœur. Or, dans la majeure partie des cas, le douglas est maintenant prélevé avec des diamètres de 30cm, c’est à dire bien avant qu’il ait eu le temps de faire du cœur, ce qui remet en question sa réelle valeur d’utilisation.
  • Les propriétés de plus de 25 hectares sont soumises à l’obligation d’un plan de gestion simple ;
  • Problèmes liés au réchauffement climatique :
    • Si le réchauffement climatique apporte globalement plus d’eau dans l’année, ce qui est favorable au Douglas, ce dernier supporte mal les périodes de sécheresse... qui augmentent par ailleurs ;
    • De nouveaux parasites s’attaquent même au douglas, réputé résistant... ce qui constitue une menace d’autant plus inquiétante dans les monocultures (futaies régulières) à grande échelle ;

... si nous en avons oublié ou si cet article suscite d’autres interrogations, n’hésitez pas à participer ci-dessous (la validation des messages se fait en deux fois : 1. Bouton « prévisualiser », 2. Bouton « publier »)


Voir en ligne : Le site de la balade interactive « Hêtre et Avoir »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document