Valleeducousin.fr

Journal > Culture >

C’était samedi 21 février 2015 : le « Petit déjeuner de la Bibliothèque » ayant pour thème les livres d’Europe du Nord

Publié par Chocomousse

Le vendredi 27 février 2015

Mis à jour le 26 janvier 2017

Neuf livres ont été présentés ce jour, dont huit sont disponibles à la bibliothèque municipale. Je vous conseille tout particulièrement "Purge" de Sofi Oksanen. Prochain rendez-vous samedi 21 mars autour des livres du Printemps des Poètes.

Voici les livres présentés ce jour, disponibles à la Bibliothèque :

 « Rosa candida » d ’Audur Ava Olafsdottir

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens.
Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s’en rendre compte les dernières paroles d’une mère adorée.
Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C’est là qu’Arnljótur aura aimé Anna, une amie d’un ami, un petit bout de nuit, et l’aura mise innocemment enceinte.
En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d’Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.

« Sukkwan island » d’Ugo Bienvenu d’après le roman de David Vann

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Un père amène son fils sur un îlot désert d’Alaska pour y passer un an loin de la civilisation. Le prétexte est de resserrer les liens avec Roy, treize ans, de le confronter à la beauté du monde sauvage. Mais il se peut que le but inavoué soit tout autre. Jim, dentiste, divorcé, vie affective en ruine, traverse une sale période. Retrouver sa dignité de père aux yeux de son fils, se prouver qu’il est encore capable de faire son métier d’homme, peut-être est-ce ce qu’il vient chercher ici. Mais la dureté des conditions de vie, les pièges cachés de ce théâtre des origines où il faut tuer ce qu’on mange, les manquements de l’adulte, la lucidité du regard que l’adolescent porte sur lui, ne tardent pas à transformer le rêve de pureté à la Thoreau en cauchemar, jusqu’à l’effroyable coup de théâtre qui fait basculer l’histoire dans la terreur et la folie.

Ugo Bienvenu s’empare du beau roman de David Vann, prix Médicis étranger 2010, pour en tirer un objet laconique et profond, où le temps, les peurs, les sentiments flottent comme la buée d’un souffle dans l’hiver d’Alaska. Une relecture haletante du livre original. Un huis clos hypnotique au cœur d’une nature indifférente aux minuscules destinées humaines.

« Sang chaud, nerfs d’acier » d’Arto Paasilinna

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Linnea Lindeman - une forte femme, poissonnière, chasseuse de phoques et accoucheuse un peu chamane - a une vision : Antti Kokkoluoto, héros aux nerfs d’acier mais au sang chaud, naîtra en 1918, au moment même où la Finlande tout juste indépendante plongera dans la guerre civile, et s’éteindra un beau jour de 1990. Entre-temps, Antti mènera une vie épique, comme seul Paasilinna sait les concocter : plongé tout jeune dans les secrets du métier de commerçant et de maquignon, mais aussi de la contrebande d’alcool, on le verra tour à tour endosser l’habit d’entrepreneur, de père de famille, d’homme politique, et même de champion olympique de tir au pistolet ! La crise de 1929, les affrontements récurrents entre fascistes et communistes, la Seconde Guerre mondiale viendront ponctuer cette truculente saga portée par l’imagination de Paasilinna, qui réussit le pari d’initier le lecteur à l’histoire de la Finlande sans jamais rien perdre de son humour et de sa fantaisie.

« La librairie des ombres » de Mikkel Birkegaard

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Nichée au cœur de Copenhague se trouve une vieille librairie au nom italien : Libri di Luca.
Son propriétaire, Luca Campelli, vient de mourir de manière très abrupte et pour le moins... étrange. C’est Jon, son fils, avec qui il a rompu tout contact depuis 20 ans, qui hérite du magasin. Entraîné malgré lui dans l’histoire familiale, Jon découvre bientôt que cette librairie renferme un secret fabuleux. Son père était en fait à la tête d’une société de ’lettore’, des personnes dotées d’un pouvoir exceptionnel leur permettant d’influencer la lecture des autres, de créer des mondes merveilleux, de donner naissance à des histoires extraordinaires... mais aussi de manipuler jusqu’au meurtre. Plus Jon avance dans ses recherches, plus il se persuade que la mort de son père n’a rien de naturel. Dissimule-t-elle une lutte de pouvoirs au sein de cette société secrète ? Y a-t-il un traître parmi ses membres ? Quelqu’un cherche-t-il à s’emparer de leur don incroyable ? Afin de rassembler les morceaux épars de son passé et retrouver les assassins de son père, Jon se lance dans une quête acharnée qui va se révéler risquée...
Et si Luca l’avait volontairement écarté de cette société aussi mystérieuse qu’inquiétante, où les livres ont le pouvoir de changer le cours de la vie ?

« Déconstructions » d’Henry Parland

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Un roman méconnu, classique de la littérature scandinave. Partiellement autobiographique, empreinte d’illuminations et de trouvailles poétiques, Déconstructions est une œuvre exquise sur les tourments de mémoire et la difficulté de connaître les êtres qu’on aime, par un fulgurant auteur finnois.

Amy est belle, fantasque et insouciante. Elle aime le jazz, les virées dans les cafés d’Helsinki, les promenades en automobile, les pique-nique entre amis. Elle aime jouer son argent et celui des autres, et le perdre. Et elle aime Henry.
Mais Amy est morte, trop jeune.
Ramenant lentement à la vie son souvenir à travers les photos qu’il a prises d’elle, Henry développe peu à peu les ravissants clichés de leur histoire d’amour. Une histoire légère, presque éphémère, faite de petites jalousies et de frivolité, où ni l’un ni l’autre ne se connaissent vraiment. Un amour tragique qu’Henry essaie désespérément de faire revivre, faute d’avoir pu le vivre...

Henry Parland, né en 1908, est mort en 1930 à l’âge de 22 ans. Publié après sa mort, Déconstructions s’agrémente également d’un recueil de poèmes ajouté à cette édition sous le titre Grimaces. En Scandinavie, cet ouvrage est considéré comme un classique.

« Mon frère et son frère » d’Hakan Lindquist

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Jonas est fils unique. Pourtant, dès l’âge de trois ans, il sent qu’il n’aurait pas dû l’être. Il regarde la photo de Paul, qui le regarde. Quand Jonas est triste, Paul est triste. Quand Jonas est joyeux, Paul est joyeux. Paul est mort 502 jours avant la naissance de Jonas, un accident idiot qui prive Jonas de frère. A treize ans, Jonas se lance dans une quête : il part à la recherche de son frère, à la recherche de celui avec qui il ne fera pas toutes ces choses qu’ils auraient pu faire ensemble. Qui était Paul, qu’a-t-il vécu, qu’était-il lorsqu’il est mort ? Jonas questionne ses parents et Daniel l’ami de la famille, découvre le journal intime de Paul. Au fil de son enquête, Jonas apprend. Il reconstruit la courte existence de Paul, se construit lui aussi, adolescent en proie aux doutes et aux questionnements. Et se découvre lui-même.

Mon frère et son frère raconte très sobrement la douleur et le besoin de savoir, et aborde avec simplicité et justesse les thèmes du deuil et de l’homosexualité. Un très beau texte accessible à un large public, y compris aux adolescents

« Dossier 64 » d’Adler-Olsen

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

A la fin des années 80, quatre personnes disparaissent mystérieusement en l’espace de quelques jours.

Jamais élucidée, l’affaire se retrouve sur le bureau du Département V. Carl Mørck et ses improbables assistants, le réfugié syrien Assad et la pétillante Rose, ne tardent pas à remonter jusqu’aux années 50 où s’ouvre un sombre chapitre de l’histoire danoise : sur la petite île de Sprögo, des femmes sont internées et stérilisées de force sous la direction du docteur Curt Wad, obsédé par l’idée d’un peuple « pur ». L’une d’elle, patiente n°64, est Nete Hermansen...

Plongé dans une terrible histoire de vengeance, Mørck enquête cette fois dans le milieu politique opaque d’une société danoise où l’influence des extrêmes se fait sentir.

Jussi Adler-Olsen se surpasse en entremêlant passé et présent d’une main de maître, sans renoncer à son humour plus acéré que jamais.

« Purge » de Sofi Oksanen

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

En 1992, l’union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes.

Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes. Ainsi, lorsqu’elle trouve Zara dans son jardin, une jeune femme qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte.

Ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille va se révéler, en lien avec le passé de l’occupation soviétique et l’amour qu’Aliide a ressenti pour Hans, un résistant. La vieille dame va alors décider de protéger Zara jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix.

Sofi Oksanen s’empare de l’Histoire pour bâtir une tragédie familiale envoûtante. Haletant comme un film d’Hitchcock, son roman pose plusieurs questions passionnantes : peut-on vivre dans un pays occupé sans se compromettre ?

Quel jugement peut-on porter sur ces trahisons ou actes de collaboration une fois disparu le poids de la contrainte ? Des questions qui ne peuvent que résonner fortement dans la tête des lecteurs français.

Prix Femina Etranger 2010
Prix du roman fnac 2010

Voici le seul livre présenté qui ne soit pas encore disponible à la Bibliothèque :

« Sukkwan island » de David Vann

« Le monde à l’origine était un vaste champ et la Terre était plate. Les animaux de toutes espèces arpentaient cette prairie et n’avaient pas de noms, les grandes créatures mangeaient les petites et personne n’y voyait rien à redire. Puis l’homme est arrivé, il avançait courbé aux confins du monde, poilu, imbécile et faible, et il s’est multiplié, il est devenu si envahissant, si tordu et meurtrier à force d’attendre que la Terre s’est mise à se déformer. »

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Sukkwan Island est une histoire au suspense inoubliable. Avec ce Roman qui nous entraîne au cœur des ténèbres l’âme humain, David Vann s’installe d’emblée parmi les jeunes auteurs américains de tout premier plan.

Les résumés des livres sont issus du site http://www.babelio.com

_

Messages

  • # Message posté le 8 mars 2015, par sandrine
    En réponse à : >C’était samedi 21 février : le « Petit déjeuner de la Bibliothèque » ayant pour (...)

    Bravo , ça bosse. Présentation efficace.

  • Poursuivre cette discussion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document