Valleeducousin.fr

Journal > Culture >

C’était samedi 20 décembre 2014 : le « Petit déjeuner de la Bibliothèque » ayant pour thème les livres de la littérature slave

Publié par Chocomousse

Le samedi 20 décembre 2014

Mis à jour le 26 janvier 2017

Comme d’habitude, voici la liste des livres présentés. Prochain rendez-vous samedi 17 janvier autour des beaux livres documentaires et d’une galette des rois !

Voici les livres présentés ce jour, disponibles à la Bibliothèque

 « Sonietchka » de Ludmila Oulitskaïa

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Depuis toujours, Sonia puise son bonheur dans la lecture et la solitude. C’est dans une bibliothèque que, à sa grande surprise, Robert, un peintre plus âgé qu’elle, qui a beaucoup voyagé en Europe et connu les camps, la demande en mariage. Avec Robert et, bientôt, leur fille Tania, Sonia n’est plus seule, elle lit moins, mais, malgré les difficultés matérielles de l’après-guerre, elle cultive toujours le même bonheur limpide, très légèrement distant et ironique. Des années plus tard, Tania introduit à la maison son amie polonaise Jasia, fille de déportés, mythomane, fantasque, aussi jolie que Tania est laide, et goûtant, comme elle, aux jeux amoureux. Jasia devient la maîtresse de Robert. Malgré son chagrin, Sonia est toujours heureuse. Robert meurt. Tania et Jasia s’en vont à leur tour, Sonia se retrouve seule, elle se remet à lire. Elle irradie toujours du même bonheur résolument paisible et mystérieux.

« La soif » de Andreï Guelassimov

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Un jeune bidasse russe revient de son service militaire en Tchétchénie le visage monstrueusement brûlé après l’attaque de son tank par les boeiviki. Pour oublier, Kostia, dont le visage terrorise les enfants, se met à boire comme seuls les Russes savent le faire... à mort. Il suit en cela l’enseignement d’un peintre raté qui lui a appris deux choses : boire de la vodka sans simagrées et ouvrir ses yeux au monde pour mieux le peindre. Avec deux de ses camarades, il part à la recherche
du quatrième rescapé de l’équipage de tankistes qu’ils formaient en Tchétchénie. Dans leur périple à travers les villes russes, leurs gares, leurs rues, leurs faunes, Kostia mettra en pratique la seconde leçon essentielle de son maître : apprendre à voir, donc à dessiner, donc à vivre.

« La septième victime » d’Alexandra Marinina


{{}}

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Anastasia Karmenskaïa, officier de la police de Moscou, est invitée à une émission télévisée en direct sur « Les femmes aux métiers extraordinaires » : il faut dire qu’en Russie elles sont en tout et pour tout 3 officiers dans la brigade criminelle. Nastia convainc son amie Tatiana, juge d’instruction et auteur de romans policiers populaires, de la suivre dans l’aventure… A quelques minutes de la fin de l’émission, juste derrière un spectateur occupé à poser une question à Nastia, surgit une pancarte : « Puisque tu es si intelligente, devine où tu vas rencontrer la mort ». Quelques jours plus tard, Nadia, 42 ans, ancienne ballerine devenue alcoolique, est invitée chez Le Malade, ce drôle de type qui lui avait demandé de payer un gamin pour brandir la pancarte pendant l’émission, moyennant une somme rondelette. Il a l’air riche, même s’il est étrange, et Nadia se prend à rêver… Elle sera retrouvée morte peu après, dans la banlieue de Moscou, dans un bois. Qui peut bien menacer Nastia et Tatiana, et se débarrasser des témoins avec autant de brutalité ? Est-ce une vengeance ? Un amant éconduit, un délinquant fraîchement libéré ? Celui qu’elles ont surnommé Le Plaisantin est très sérieux. Il multiplie les victimes en laissant des indices derrière lui, comme pour narguer les enquêteurs. Pour éviter de devenir la septième victime, Nastia devra d’abord surmonter sa peur. Et si, malgré toute son intelligence, elle n’était pas à la hauteur de ce Plaisantin si mal nommé ?

« Retour d’une autre Russie : Une plongée dans le pays de Poutine » de Jean Radvanyi

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Pour beaucoup, la cause est entendue. La Russie d’aujourd’hui est d’abord celle de Vladimir Poutine. Comme si un dirigeant, aussi puissant et inquiétant soit-il, pouvait résumer tout un peuple, tout un pays, dont on ignore le plus souvent la diversité.

Géographe spécialiste du Caucase, de la Russie et des États postsoviétiques, Jean Radvanyi vient de passer quatre années à Moscou (2008-2012). Loin du monolithisme que l’on prête souvent à ce pays, il y a découvert une presse, une vie culturelle et politique, une société qui se sont avérées en pleine ébullition, jusqu’aux grandes manifestations de l’hiver 2011-2012. De ses nombreux voyages, de Kaliningrad à Vladivostok, et de multiples rencontres, est né ce carnet d’impressions, textes saisis sur le vif, à peine remaniées depuis, afin de laisser intacte cette subjectivité curieuse qui l’a guidé dans cette plongée au sein de la réalité russe.

« Histoires d’un médecin russe » de Maxime Ossipov

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Maxime Ossipov promène son œil acéré et lucide de médecin sur la réalité russe. Le constat est rude : corruption, racisme, trafic d’organes… Les corps et les âmes souffrent, les médecins trompent ou se trompent, l’histoire pèse sur les existences. Et pourtant, si ses personnages voyagent ou émigrent dans les plus grandes villes du monde, comme lui, ils reviennent toujours à la Russie. C’est là qu’un bonheur, même fugace, est possible, c’est là que se révèle la vérité des êtres.
Ces huit récits sont nourris de rencontres et des situations que Maxime Ossipov a dû affronter alors qu’il exerçait comme cardiologue dans différentes cliniques moscovites et à Taroussa, dans la province russe, où il s’est opposé aux autorités locales pour moderniser le service de cardiologie. Son expérience d’enseignement aux États-Unis, dans une université californienne, lui a également inspiré certains de ses personnages et alimente sa réflexion sur la transmission des valeurs et la quête de l’essentiel.
Ces histoires simples, toujours surprenantes, sont empreintes d’une humanité à la fois sans illusions et bienveillante, et s’inscrivent dans la grande tradition littéraire des médecins-écrivains comme Tchékhov et Boulgakov.

« Suite française » d’Irène Némirovsky

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

Écrit dans le feu de l’Histoire, Suite française dépeint presque en direct l’exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique des familles françaises de toute sorte, des plus huppées aux plus modestes. Avec bonheur, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d’une population en déroute. Cocottes larguées par leur amant, grands bourgeois dégoûtés par la populace, blessés abandonnés dans des fermes engorgent les routes de France bombardées au hasard… Peu à peu l’ennemi prend possession d’un pays inerte et apeuré. Comme tant d’autres, le village de Bussy est alors contraint d’accueillir des troupes allemandes. Exacerbées par la présence de l’occupant, les tensions sociales et les frustrations des habitants se réveillent…
Roman bouleversant, intimiste, implacable, dévoilant avec une extraordinaire lucidité l’âme de chaque Français pendant l’Occupation, enrichi de notes et de la correspondance d’Irène Némirovsky, Suite française ressuscite d’une plume brillante et intuitive un pan à vif de notre mémoire.

« Chaleur du sang » d’Irène Némirovsky

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac et Max-Pol Fouchet

Dans un hameau du centre de la France, au début des années 1930, un vieil homme se souvient. Après avoir beaucoup voyagé dans sa jeunesse, Silvio se tient à l’écart, observant la comédie humaine des campagnes, le cours tranquille des vies paysannes brusquement secoué par la mort et les passions amoureuses.
Devant lui, François et Hélène Érard racontent leur première et fugitive rencontre, le mariage d’Hélène avec un vieux et riche propriétaire, son veuvage, son attente, leurs retrouvailles. Lorsque leur fille Colette épouse Jean Dorin, la voie d’un bonheur tranquille semble tracée. Mais quelques mois plus tard, c’est le drame. La noyade de Jean vient détruire la fausse quiétude de ce milieu provincial. L’un après l’autre, les lourds secrets qui unissent malgré eux les protagonistes de cette intrigue vont resurgir dans le récit de Silvio, jusqu’à une ultime et troublante révélation...
Situé dans le village même où Irène Némirovsky écrira Suite française, mais entrepris dès 1937, ce drame familial conduit comme une enquête policière raconte la tempête des pulsions dans le vase clos d’une société trop lisse. Complet et totalement inédit, ce nouveau roman d’Irène Némirovsky refait surface près de soixante-dix ans après sa composition.

« Baba Yaga » raconté par Nadiejda Teffi

Livre disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac

’ Il était une fois un vieux et une vieille qui avaient une petite fille, toute mignonne, toute gentille...
’ Ainsi commence Baba Yaga, conte populaire russe collecté par Alexandre Afanassiev et très souvent illustré pour de nombreuses versions. En 1932, paraît l’adaptation en russe de ce conte par Nadiejda Teffi avec des dessins de Nathalie Parain. Jamais réédité dans son format et ses couleurs d’origine, ce livre réunit les compositions graphiques de Nathalie Parain, au sommet de son art, et un texte français de Françoise Morvan qui lui redonne son goût et sa force.

« Bazar Circus » de Carl Norac

Livre-cd disponible au prêt à la Bibliothèque Gaston Chaissac


Au Bazar Circus, c’est la panique ! Le roi a décidé d’assister à la représentation du soir. Mais attention, danger, il parait qu’il s’ennuie partout et ne rit jamais ! Les lions rajustent leur crinière. Au bain, les chameaux ! À la douche, les éléments ! Arrive maintenant la grande attraction : Angelo, l’homme-canon, qui en fait un peu trop pour épater la belle Gala. Chacun retient son souffle... Dans un bruit épouvantable, l’acrobate part telle une fusée, troue le chapiteau... et ne retombe pas...

« Joyeux Noël » de Rufus Butler Seder

Livre appartenant au fond animation de la Bibliothèque Gaston Chaissac, consultable sur place.


Vous n’en croirez pas vos yeux !
Une innovation surprenante et fascinante
qui montre le Père Noël
comme vous ne l’avez jamais vu.

JOYEUX NOËL !

« La bibliothèque du Père Noël » de Thomas Baas

Livre appartenant au fond animation de la Bibliothèque Gaston Chaissac, consultable sur place.

Comment patienter avant Noël ? Voici 24 histoires pour attendre patiemment avant le 25 décembre ! De nombreux auteurs (Ghislaine Biondi, Mireille Saver, Pascale Hedin, Pascal Brissy) et illustrateurs (Frédéric Pillot, David Merveille, Pawel Pawlak, Émile Jadoul) ont été réunis afin de proposer un objet original et diversifié. Une grande image de Thomas Baas courant sur l’ensemble du coffret habille cette oiginale bibliothèque de Noël.

Voici le livre présenté ce jour qui n ’est pas encore disponible à la Bibliothèque :

« Matriochka » de Sandra Nelson

Au cœur de la forêt russe, vit une famille de modestes moujiks, Ivan, Natacha, et leurs cinq adorables filles, Katérina, Anna, Marina, Tatiana et Véra. Toutes les cinq sont inséparables et se ressemblent tant que seule leur taille les différencie. Hélas ! La misère vient à frapper le foyer. Les parents doivent envoyer Katérina travailler pour la terrible ogresse Baba Yaga. Mais pas question pour les fillettes d’abandonner leur sœur aînée. Au mépris du danger, elles décident de l’accompagner. Et si toutes les cinq réunies avaient le pouvoir de vaincre les maléfices de la sorcière ?

_