Valleeducousin.fr

Journal > Vie publique >

ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du Préfet

Ce qui s’est vraiment passé

Publié par Odile Hoog Rousseau

Le jeudi 11 septembre 2014

Mis à jour le 1er mai 2015

La vie quotidienne d’Asquins a été sacrément secouée ces dernières semaines ! Une quarantaine de jeunes bénévoles avaient à cœur d’organiser un festival de concerts, théâtre, cirque, musique techno. Ce ne sont pas des débutants ; leur association les Frangins Frendleyks organise depuis plusieurs années en France et à l’étranger le Funky Freaky Festival. Cette année le Funky Freaky devait avoir lieu à Asquins, un certain nombre d’entre eux étant originaires du village...

Tout avait été pensé

Pour ce faire, ils ont investi des milliers d’euros et les Asquinois ont pu juger au fur et à mesure qu’avançait la préparation du festival de l’excellence quasi-professionnelle de leur organisation et de leur travail : 3 magnifiques chapiteaux avaient été dressés. Tout avait été pensé : sonorisation bien sûr mais toilettes, balisage, parking ; toutes les normes de sécurité avaient été respectées afin que ce festival puisse se dérouler au mieux dans la joie de faire la fête ensemble.

Au-dessus d’Asquins, un lieu invisible de Vézelay

Le lieu de la manifestation, dans les bois au dessus d’Asquins était invisible de Vézelay et on ne pouvait soupçonner la tenue de ce festival, loin du centre du village pour éviter les nuisances sonores. Le préfet de l’Yonne qui traite les organisateurs « d’incompétents » ne s’est visiblement pas rendu sur le site !

Les élus avaient donné les autorisations

Les jeunes avaient opté pour le statut « fête privée » qui permet d’accueillir 500 personnes sur des terrains appartenant à un particulier. Ces journées devaient être l’occasion de fêtes intergénérationnelles et de partage. Bien sûr il y avait entre autres au programme de la musique techno et cela a dû faire peur à certains ! Mais de toute manière, la municipalité (nos élus) avait donné les autorisations et tout devait bien se passer.

M. le Préfet de l’Yonne en a décidé autrement.

Vendredi 19h00 – c’est l’ouverture du festival ; nous venons boire un verre et patatras ! Nous apprenons que le festival est annulé ; le secrétaire de cabinet du préfet s’est déplacé à Asquins et jusqu’au dernier moment tous espèrent que l’interdiction sera levée. Mais le festival est interdit au prétexte qu’il se déroulait sur le site du Vézelien classé site environnemental ; la mairie d’Asquins est accusée « d’aveuglement » et menacée de poursuites par le Préfet (YR du 6 septembre).

Des forces de gendarmerie considérables ont été déployées

Deux hélicoptères ont tourné tout l’après-midi et des forces de gendarmerie considérables ont été déployées dans le village ; une utilisation pour le moins contestable de nos impôts ! A 21 heures, c’est surréaliste et effrayant à la fois : l’ERDF vient couper l’électricité et on peut voir la Brigade d’intervention au pas de course, avec boucliers et lacrymogènes s’élancer sur le sentier qui mène au site.

C’est la fin du festival qui n’a même pas commencé

C’est la fin du festival qui n’a même pas commencé ; quelle déception pour les jeunes qui ont passé des mois à préparer cet événement ; on voit des festivaliers venus de fort loin en larmes, d’autres prêts à en découdre. Heureusement grâce aux talents de persuasion de certains organisateurs, tout le monde obtempère sans anicroche ; il faut dire que les festivaliers sont des gentils et font contre mauvaise fortune bon cœur.

Deux jours de pur bonheur

Samedi matin 10h00, les festivaliers, dénommés « fêtards » par l’Yonne républicaine sont tenus d’évacuer le parking ; ils sont recasés sur des sites municipaux par la mairie d’Asquins. Quel grand bazar ! Plus de 150 camions tournent dans les rues d’Asquins. Ce sont les jeunes qui font la circulation. Mais que fait la police ! Les festivaliers sont autorisés par la mairie à dresser une petite scène au camping et à faire la fête jusqu’au dimanche soir ; et c’est là que la magie agit : 2 jours de pur bonheur, des jeunes, des vieux, des enfants, des chiens, de la musique, des échanges entre gens d’ici et d’ailleurs.

Incompréhension face l’arrêté préfectoral

Ces événements ont sidéré la population entière mais l’ont également fédérée. Dimanche matin environ 80 habitants du Vézelien se sont donné rendez vous pour faire signer des pétitions (téléchargeable ici) de soutien au festival et manifester leur incompréhension face à l’arrêté préfectoral. Un site classé, cela veut-il dire l’interdiction de toute culture vivante ? Pourtant il y a de nombreux rassemblements à Vézelay qui ne font pas l’unanimité : les Scouts d’Europe, les Pères de Famille , les Jeunes Catholiques ne dérangent pas le site classé ? Pourtant ils y érigent des marabouts et des chapiteaux.

La peur de la différence...

Le président des Frangins Frendleyks va passer au tribunal pour avoir monté des structures amovibles dans un pauvre champ au milieu des bois ? C’est risible. En réalité ces jeunes dérangent ; leurs looks, leurs goûts musicaux, leur désir d’affirmer leur différence. Mais qu’est-ce-que la culture ? En quoi la musique baroque serait-elle supérieure à la techno et qui peut se permettre d’en juger ? En attendant, cela va devenir difficile de vivre dans une région qui refuse à ses habitants le droit de s’amuser au prétexte que le site est classé ; Liberté, égalité, fraternité … ces mots vont finir par ne plus vouloir rien dire pour personne … Et là on pourra vraiment avoir peur ! … HR, habitante d’Asquins depuis plus de 20 ans …

Messages

  • # Message posté le 31 janvier 2015, par Olivier
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    Je viens de découvrir votre article.

    J’habite un hameau près d’Asquins qui est un très beau village qui se démène pour revivre après des années de quasi abandon.
    C’est le village où est né mon grand-père et j’y suis historiquement attaché.

    Je veux féliciter la maire pour tout ce qu’elle a fait pour ce festival, et aussi les habitants ! Ils ont quand même mis 30 000 euros pour cet évènement annulé par un politique qui n’a rien compris ou qui a été influencé.
    Même les habitants de Vézelay, site classé, n’ont rien compris de cette décision et ont protesté comme vous le rappelez dans votre article.

    Il y a un vrai problème du fait du classement de ce site...
    Savez-vous qu’à Asquins, il est très difficile de réhabiliter ou d’aménager des bâtiments et c’est la même chose dans un rayon de 10 kilomètres ?
    Et je confirme les propos d’un intervenant, Asquins est invisible depuis Vézelay, et distant de deux kilomètres par le chemin le plus court.

    J’espère que les artistes ne seront pas dégoûtés et reviendront une nouvelle fois, en prenant la précaution de faire signer une pétition à l’avance sur un des sites prévus à cet effet de façon à appuyer leur demande.

    Tout ça n’est que gâchis d’argent, de culture et de partage.
    Revenez s’il vous plaît...

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 29 janvier 2015, par augeyrolle
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    Je tombe des nues tant la presse locale ou régionale a fait l’omerta sur ce fait divers:quelques lignes dans l’yonne républicaine peut-être ?En tout cas,aucune résonnance particulière..mais c’est bien que les élus et la population aient résisté à cet oukase particulièrement ridicule ! a mon humble avis,la raison donnée de cette interdiction n’est pas la protection d’un site classé.Ridicule
    On attend donc les milliers de scouts(je n’ai rien contre eux !!!) en juillet !

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 14 octobre 2014, par Asstek Production
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    Bravo a toute votre équipe et a la commune de Asquins pour leur leur soutien a la culture . Vous pouvez compter sur Asstek Production si besoin :)
    Nous meme ayant subit une annulation abusive de notre festival en aout alors que tous étais plus que nickel , nous comprenons votre dégout du manque de respect subit par la préfecture !!!!
    BIG UP a vous tous

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 18 septembre 2014, par triste france
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    vraiment triste cette france....
    et vraiment c** ce prefet !

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 15 septembre 2014, par berto brice
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    merci les funky freaky pour votre belle détermination , pour votre accueil votre générosité , votre dévouement etc ... merci a DD pour les memes raisons ! j ai passé le plus beau festival annulé de ma vie ! respect les gars et a très bientôt j espère !

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 15 septembre 2014, par marc
    En réponse à : on préfère les riches

    A Vézelay on préfère les défilés de riches propriétaires dans leur somptueuses voitures de collection. Les "gueux" n’ont plus de place dans cette société qui pourtant les fabrique à retour de bras.

    • # Message posté le 16 septembre 2014, par christiane toublanc
      En réponse à : on préfère les riches

      “ce prefet est vraiement un nul,je ne vois pas le mal que les festivaliers font !!!ils s’amusent et ne derange pas les usagers que je sache ?? mais voilà ce sont des jeunes avec leurs differences..... et leurs musiques ne plait sûrement pas a tout ses capitalistes de (merde)....ce prefet prefère les riches,mais quest-ce quils ont de plus”que tout ses jeunes ???....rien de rien,je cautionne les (FESTIVALS TECHNOS ET j’en suis fiere) voilà ce que je peux dire,n’abandonner pas, continuer a faire rêver,c’est ça la libertée pour la culture....

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 13 septembre 2014, par Boriskov
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    Quel weekend, Oui Monsieur !

    Je pense pouvoir me targuer, ainsi que pas mal d’autres festivaliers "déboutés", d’avoir passé le meilleur évènement annulé de notre petite existence !!!!

    En effet, à quelle énergie, à quelle communion, à quelle émulation folle avons nous assisté ce weekend !
    Il est fort dommageable quel l’évènement ait été considéré comme une "bête" rave, même si c’était personnellement l’objet de notre venue à Asquins.

    Bref une belle découverte, celle d’un public de fêtards avenants, d’une municipalité enfin ouverte et consciente, d’une organisation qui, malgré son "amateurisme" aura sû proposer au final un évènement bien différent de la formule initialement, étant déjà bien différente de la formule de base de l’évent spectaculaire alternatif ici proposé...
    Comment occulter l’aveuglement idiot de notre état souverain, à qui des garanties plus que suffisantes ont été proposées, à la barbe de qui l’évènement dans ses grosses lignes à été organisé, et ce encore plus près de la source de nos ennuis (la sacro sainte basilique....), cette source "légale" ayant été le seul recours de nos autorités pour interdire cette manifestation décalée et pleine de promesses....
    Comment pardonner à nos dirigeants la mise en danger consciente d’une association, autant en terme financier qu’en terme de temps et d’énergie investie ???

    Et se plaindre ensuite d’une culture Française périclitant, se voulant trop élitiste, pas assez tournée vers le peuple... Pourquoi avoir tourné le dos à cette formule, et faire tout pour que cet évènement périclite ???

    Un raté qui ne restera pas sans conséquences, niveau légal, illégal, électoral ; en terme d’expérience, d’échanges, de communication, d’énergies, d’amitiés...

    Vous pensiez nous brider, vous nous avez renforcés !

    La fête libre n’est pas à vendre, à vous de le comprendre maintenant !

    Aux Organisateurs et aux Festivaliers : VENGEANCE !

    Aux Frendleyks et à Asquins, MERCI !

    Vive le soleil de bourgogne, vive la balle d’Asquins, vive le camping, et vive nous !

    RDV est pris l’année prochaine pour la commémoration de ce weekend :)

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 12 septembre 2014, par Ana
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    Merci pour l’article, l’accueil, le soutien ... nous festivaliers, fêtards, jeunes, ne sommes pas prêts de nous remettre de cette force qu’Asquins nous a témoignée !
    Ça nous donne du courage pour continuer à défendre notre culture.

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 12 septembre 2014, par Shouf
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    Asquins n’est pas le seul endroit concerné, tout l’été en France n’a été que ça : annulation sur annulation. Avant l’Etat s’en prenait aux raves/free parties. Maintenant c’est carrément les festivals qui sont menacés. Et ces annulations se font les 3/4 du temps au dernier moment, histoire de bien enfoncer les organisateurs pour qu’ils ne puissent pas s’en relever financierement. En plus de ça rajoutez les salles alternatives qui ferment les unes après les autres. C’est ça la politique culturelle française aujourd’hui, allez claquer votre salaire en boîte de nuit, fréquenter des gens fréquentables et écouter des musiques écoutables. Triste gouvernement !

    • # Message posté le 12 septembre 2014, par thiébaut
      En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du Préfet

      Il est important de souligner que ce n’était pas une "rave party" (contrairement aux rumeurs auxquelles personnellement je me suis laissé prendre), mais un festival bien organisé, qui ne proposait pas que de la "techno". Il y avait apparemment bien d’autres formes d’expression artistique.

      Si je n’ai pas honte de dire que je préfère la musique baroque à la "techno" (qui me semble plus appartenir à un bruit de guerre qu’à de la musique) et que je désapprouve les "raves party" (où les drogues en tout genre circulent librement), je ne comprends pas l’interdiction de ce vrai festival, qui n’a rien à voir avec une "rave".

      Car au lieu d’enfoncer ces jeunes on devrait plutôt les féliciter pour le sérieux de l’organisation. Et le fait qu’il n’y ait eu aucun heurt lors de l’évacuation du site démontre bien qu’ils avaient la maîtrise de l’ensemble.

      Mais le pire, c’est que l’interdiction préfectorale ait désavoué ainsi l’autorisation accordée par les élus d’Asquins, jetant sur eux le discrédit, les faisant passer pour des gâteux.

      Sans compter le ridicule des forces déployées, qu’il faudrait chiffrer. Combien coûtent deux hélicoptères et tous ces hommes ? Qui peut nous le dire ? Ce serait très intéressant !

    • # Message posté le 12 septembre 2014, par Didz
      En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du Préfet

      La vérité, n’ayons pas peur des mots, c’est qu’en France le pouvoir ne peut pas blairer quelque chose qui s’appelle les Culture Alternatives. Les punks à chiens et les teknos en font partie. Donc préfets et gouvernement (qui joue un double jeu, au passage, avec la médiation actuelle) font tout pour gêner le développement de nos cultures, pour quoi parce que nous sommes une force de contre pouvoir, car nous représentons globalement les valeurs anarchos - libertaires. Dans un climat social tel qui l’est actuellement, il ne faudait pas que nous puissions trop facilement converger, et pourquoi pas, conspirer, en vue de prochaines révoltes populaires en France, puisque le risque est justement très fort. A vrai dire, nous sommes nombreux à les espérer ses révoltes, alors ne soyons pas surpris que la police politique soit à l’oeuvre !

    • # Message posté le 12 septembre 2014, par Steph
      En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du Préfet

      Au bas mot, 1500 euros de l’heure pour l’hélicoptère + salaire des pilotes + salaire des forces déployées et qui n’ont pas assurées d’autres missions de maintien de l’ordre ailleurs...ça fait cher et il doit tout de même avoir des événements plus importants où employer nos impôts...
      On pourrait par exemple imaginer que cet argent investi, le soit dans l’emploi d’inspecteurs des finances chargés de traquer les fraudeurs fiscaux, et en plus ca rapporterait à l’Etat...
      Ca fait peur de voir ses impôts utilisés comme ça ..je ne parle même pas du manque de communication du préfet, pour qui cela devrait relever d’une compétence primaire, voire primordiale.

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 12 septembre 2014, par F.R
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    C’est avec un goût Amer que nous avons quittés le site, je suis habitant d’asquins depuis presque 20 ans , et cet événement aurait eu une impact économique très intéressante pour nous , les spectacle qui y étaient prévu auraient pu réunir tout type de personne mêlant uniquement un rassemblement pluriculturel, tout le monde était la dans le même but :partager, profiter, s’amuser, découvrir. Une page a été créée afin de porter un soutien aux organisateurs et aux festivalier les personnes qui souhaitent se tenir au courant ou s’informer de l’avancé des choses

    http://www.facebook.com/collectifve...

    il est agréable de voir un article non bâclé, qui reprend des détails importants non précisés dans certaine revue de presse .

    Gendarmes exécutant l’ordre d’interdication préfectorale du festival d’Asquins
    • # Message posté le 12 septembre 2014, par La rédaction
      En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du Préfet

      Cette photo représentant les gendarmes d’un côté et les festivaliers de l’autre est bien prise. Mais elle appartient à Centre France : le journal a-t-il donné son autorisation ? Sinon, nous devrons malheureusement la retirer... Ce serait chouette si quelqu’un(e) pouvait en proposer une autre, similaire mais libre de droits, pour la remplacer ! En attendant... on la laisse encore un peu.

    • # Message posté le 12 septembre 2014, par F.R
      En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du Préfet

      je ne sais pas l’image était comme ça sur l’article . retirez la j’essaie d’en trouver une autre

    • # Message posté le 13 septembre 2014, par La rédaction
      En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du Préfet

      On va attendre encore jusqu’à lundi pour voir si quelqu’un n’en aurait pas une autre en remplacement...

  • Poursuivre cette discussion

  • # Message posté le 12 septembre 2014, par Andral Catherine
    En réponse à : ASQUINS : les déboires du Funky Feaky Festival sous l’interdiction du (...)

    Tellement tristement d’accord avec ce texte !! L’attitude si calme de tous ces jeunes face à ce déploiement militaire est exemplaire ( aurais-je pu ne pas éclater de rage face à tout ça lorsque j’avais leur âge ? ) .Je ne pouvais malheureusement pas être sur place tout au long de ce week-end ,mais j’aurais bien aimé étant donné les retours de joie et de bonheur de faire la fête que j’ai pu avoir ! Ne peut-on plus admirer la création si elle n’est pas "autorisée " ? Le rire , la joie de faire partager les talents , n’ont plus de place dans nos campagnes ? Site classé et protégé , on peut l’entendre , mais site vide de jeunesse et de spectacle vivant si c’est le chemin qu’il doit prendre , quelle tristesse !! Je fais part ici de ma grande déception devant ce gâchis et renouvelle ma gratitude à tous ces jeunes qui ont réussi , grâce à leur gentillesse , à mobiliser tant de gens , qui sait ? ont-ils tracé un sillon qui ne saurait se refermer ! A quand un nouveau Funky Feaky Festival ? j’y serai c’est sûr !!

  • Poursuivre cette discussion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document