Valleeducousin.fr

Journal > Vie publique >

Législatives 2e tour : Villiers, Caullet... ou Blanc ?

Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups ! (Agatha Christie)

Publié par Thiébaut Jourdain

Le vendredi 16 juin 2017

Mis à jour le 17 juin 2017

Sur les 15 candidats de tous bords présents au 1er tour de la 2e circonscription de l’Yonne... il n’en reste que deux. Deux habitués des mandats. Deux qui partagent désormais certaines idées libérales.

Pourtant, nous pensons que voter est un devoir, ne serait-ce que pour mettre un bulletin blanc. C’est pourquoi nous avons tenté de réunir quelques ultimes informations sur ces deux candidats.

A propos d’André Villiers

Maire de Vézelay, puis sénateur et Président du Conseil Général de l’Yonne

Agriculteur de profession, André Villiers, est élu maire de Vézelay en mars 2008. Quelques mois plus tard, le 24 juillet 2009, il devient sénateur de l’Yonne (en remplacement de M. Henri de Raincourt, nommé membre du Gouvernement). Fin du mandat de sénateur le 16 juin 2012 (reprise de l’exercice du mandat d’un ancien membre du Gouvernement)

On retrouve la page d’André Villiers dans la rubrique « anciens sénateurs » sur le site du Sénat.

Président départemental de l’UDI (Union des démocrates indépendants) depuis décembre 2010, André Villiers est élu président du conseil général de l’Yonne le 31 mars 2011. Il est réélu à ces fonctions le 2 avril 2015.

« Moralisation » : l’affaire Domanys

André Villiers est cité dans la presse pour l’affaire Domanys, appelée également l’affaire Alain Drouhin, étiquetté UDI (union des démocrates et indépendants) ex UMP qui a rallié André Villiers. Sous la présidence d’Alain DROUHIN, Domanys, principal bailleur social de l’Yonne, s’est retrouvé menacé de naufrage (avec un trou de 31 millions d’euros) après avoir acheté à tour de bras des terrains au-dessus des prix du marché à de nombreuses mairies du département. Voici quelques liens :

Le programme d’André Villiers : une fusion LR - UDI ?

A propos de Jean-Yves Caullet

Ancien Conseiller régional, ancien conseiller général, Maire d’Avallon et Député sortant

Le 15 mars 1999, il devient député en remplacement d’Henri Nallet, dont il était le suppléant. Il est néanmoins battu aux élections législatives de 2002 et de 2007 par Jean-Marie Rolland.

En 2001, il est élu maire d’Avallon, et est réélu en 2008 et en 2014, au premier tour de chaque élection.

En 2004, il est élu conseiller régional de Bourgogne sur la liste de François Patriat dont il devient le vice-président en 2006, chargé de la Culture puis du Développement économique. Il est réélu en 2010 avant de démissionner à la suite de son élection comme conseiller général l’année suivante.

En 2011, il est élu conseiller général du canton d’Avallon et prend la tête du groupe d’opposition du Conseil Général de l’Yonne. Il démissionne en 2012, après avoir été élu député.

Le 20 juin 2012, il est élu député de la 2e circonscription de l’Yonne, avec 50,25 % des voix, pour le groupe socialiste.

Le 11 janvier 2017, il annonce sur France 3 Bourgogne son ralliement à Emmanuel Macron pour la présidentielle 2017.

Il est officiellement investi par En Marche, le 11 mai 2017, dans la 2e circonscription de l’Yonne pour les élections législatives de juin 2017.

On peut consulter sa fiche de député sur le site de l’Assemblée nationale et sa déclaration d’intérêts et d’activités sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

Jean-Yves Caullet est aussi Préfet hors-cadre et Président de l’ONF.

« Moralisation » : cumul des mandats

Jean-Yves Caullet, pourtant « farouchement opposé au cumul des mandats » (selon ses propres mots) a dû mal à mettre cette conviction en pratique : élu député depuis 2012, il n’a pas renoncé à son mandat de maire d’Avallon... pour lequel il s’est représenté en 2014.

Par ailleurs un article du Canard enchaîné du 9 septembre 2015 intitulé « Dallas » socialiste dans l’Yonne met le doigt sur « la politique familiale soutenue » de Monsieur Caullet, qui a notamment embauché son épouse comme collaboratrice parlementaire, puis au conseil régional. A ce sujet, vous pouvez également lire, sur le site de Francetvinfo (2017) : Députés et assistants parlementaires : quand un couple joue la carte familiale, comment ça se passe ?

Enfin nous vous conseillons de lire l’article intitulé Jean-Yves Caullet cité dans le livre « Pilleurs d’État » comme « Préfet Hors Cadre » : « Un p’tit casse-croûte légal à 6000 Euros mensuel... »...

Le programme de Jean-Yves Caullet

Il s’agit évidemment du programme d’En marche, que tous les français devraient télécharger et lire attentivement...

Rappelons que le Président élu, Monsieur Macron, était le seul candidat ouvertement favorable à l’accord transatlantique du CETA. Si vous ne savez pas ce que c’est, lisez notre article intitulé « Pourquoi Jean-Yves CAULLET refuse-t-il de s’exprimer sur la question du TAFTA/CETA ? »

Côté gestion de la forêt, vous pouvez lire la Lettre Ouverte à Monsieur Jean-Yves CAULLET, Président du Conseil d’Administration de l’ONF.

Pour conclure

Au deuxième tour de 2012, nous avions le choix entre Jean-Yves Caullet, qui était au PS et Jean-Marie Rolland à l’UMP. Les programmes étaient sensiblement différents et le choix, même par défaut, relativement plus facile. Aujourd’hui, ces deux partis sont en ruine et les valeurs de gauche absentes au second tour : restent André Caullet et Jean-Yves Villiers...

Jean-Yves Villiers alias André Caullet
Document n°3126
Jean-Yves Villiers alias André Caullet
Photomontage fusionnant les visages d’André Villiers et de Jean-Yves Caullet, trouvée sur le compte FB de la France insoumise.

C’est le résultat d’une cinquième république à bout de souffle qui accouche d’une vague d’abstention et d’une victoire en trompe l’œil. Combinez cela au moutonisme médiatique et vous ne tarderez pas à obtenir un gouvernement de loups.

Bon vote.