Valleeducousin.fr

Journal > Vie publique >

Candidature

Législatives Yonne - Nicolas Robert (DVD)

Page du candidat Divers Droite + Réponses à nos 12 questions

Le jeudi 1er juin 2017

Mis à jour le 22 juin 2017

Page de candidature de Nicolas Robert, comportant ses réponses à nos 12 questions.

Nicolas Robert, Maire d’Athie et Dorothée Moreau
Document n°3055
Nicolas Robert, Maire d’Athie et Dorothée Moreau
JPEG - 800 x 1131 - 216.3 ko
Document n°3056

Réponses aux 12 questions de valleeducousin.fr

1. DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

Les petites villes et campagnes ne disposent pas d’instances citoyennes comme dans les grandes villes. En revanche, Ungersheim, Loos-en-Gohelle, Eybens, Saillans, sont en pointe sur ces sujets et ont créé un cadre démocratique pariant sur la coopération entre tous. Que proposeriez-vous de nouveau pour libérer l’expression et l’initiative citoyenne sur nos territoires ?

Les citoyens qui souhaitent s’exprimer en ont aujourd’hui les moyens, votre démarche le prouve. La liberté d’expression existe, la liberté d’association aussi. Les nouveaux outils de communication numérique ont révolutionné l’expression citoyenne. C’est donc plus une question de volonté que de moyens. Je tiendrai, comme député, une réunion publique annuelle pour faire un point d’étape sur le mandat, j’informerai régulièrement mes concitoyens par le biais d’un site internet simple, facile d’accès et interactif pour rester facilement joignable et ouvert au dialogue en permanence.

2. TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Quelle est votre position sur l’avenir du nucléaire, le développement des énergies renouvelables dans l’Yonne et en France, et l’évolution de la dépense énergétique d’ici à 2025 ? Quelles nouvelles mesures faudrait-il instaurer selon vous pour lutter contre la précarité énergétique grandissante ?

Le développement des énergies renouvelables et la maîtrise de la dépense énergétique doivent évidemment être encouragés et, comme député, j’y serai attentif. La transition énergétique doit toutefois être envisagée dans sa globalité, le débat dépasse la seule question de l’avenir du nucléaire. Il y a aussi des dynamiques locales intéressantes, comme la production locale d’électricité grâce à l’hydraulique…

3. ALIMENTATION ET AGRICULTURE

Que pensez-vous des projets d’« Autonomie alimentaire » menés par la ville d’Ungersheim ? Plus concrètement, si des villes sont parvenues au 100% bio dans les cantines scolaires et collectives, quelles sont vos propositions pour améliorer sensiblement le contenu de l’assiette de nos enfants, et au passage la production locale ?

Les initiatives se multiplient pour offrir aux enfants des repas équilibrés, de qualité et privilégiant la production locale, et c’est tant mieux. Là encore, de belles initiatives locales existent et doivent être encouragées : la vente directe par les maraîchers bio, les AMAP comme celle qui fonctionne à Avallon… La sensibilisation à la nécessité de se nourrir sainement dès le plus jeune âge est de plus en plus une réalité. Je m’intéresserai, dans mon travail parlementaire, aux démarches en ce sens. Mais le gaspillage alimentaire demeure, c’est aussi une vraie question…

4. SANTÉ

Nos territoires sont parmi les principaux déserts médicaux de France. Nous savons que la mise en place de Maisons de santé et des internes ne sera pas suffisante pour attirer et conserver des praticiens. Quelles actions de fond et de long terme, quelles politiques d’attractivité pensez-vous qu’il faille désormais mener pour renforcer l’offre de santé sur le territoire ?

Ouvrir encore le numerus clausus, revoir la liberté d’installation, développer l’offre culturelle des territoires et mieux communiquer sur leurs atouts, afin de convaincre les jeunes praticiens et leurs familles qu’ils peuvent bénéficier d’un cadre de vie agréable pour s’épanouir professionnellement et personnellement. Voilà ce que je soutiendrai.

5. DÉCHETS

Avez-vous entendu parler du « Zéro déchet » ? Quelles sont vos propositions pour améliorer la sensibilisation des habitants et entreprises au recyclage et réemploi des déchets, mais aussi pour les réduire à la source, notamment dans la grande distribution ?

Les progrès en matière de recyclage sont réels, les initiatives locales et les campagnes d’information et de sensibilisation, notamment par les communes et les intercommunalités sont pertinentes, tout cela doit être approfondi. Le tri des déchets reste toutefois encore compliqué : il faut harmoniser les filières de production en sorte que les produits vendus comportent tous un pictogramme pour trier dans la bonne poubelle, accroître les filières de recyclage des appareils électroniques et surtout des téléphones portables, privilégier les circuits de récupération en direction des populations les plus pauvres et qui ont des besoins réels…

6. EAU

Dans nombre de villes et villages, le prix de l’eau est très élevé. Pensez-vous que le développement des régies publiques d’assainissement et de traitement pourrait permettre de faire évoluer cette question ? Quelles mesures envisager pour réduire la consommation et la facture d’eau sur nos territoires en tout état de cause ?

Le retour en régie permet de s’intéresser aux besoins des citoyens avant la recherche du profit lié au marché de l’eau. La situation est toutefois complexe, sur le plan technique comme sur le plan financier, et une réponse binaire serait naïve. Et plus on est exigeant sur la qualité et la protection de son eau, plus les mesures techniques nécessaires rendent difficile une gestion directe.

7. TRANSPORT ET MOBILITÉ

Les citoyen∙e∙s constatent un affaiblissement des offres de transport TER. Si la compétence transport relève de la région, quel doit être le rôle des députés de circonscription, pour permettre aux citoyens d’accéder aux informations, et de connaître les perspectives réelles des offres de transport régionaux ? Par ailleurs, quelles doivent être les mesures à envisager pour lutter contre l’exclusion des personnes sans moyens de motorisation dans les villes et campagnes ?

Dans nos territoires ruraux, le besoin quotidien de mobilité des habitants concerne surtout le transport de proximité. Les initiatives pour y répondre, qu’elles soient solidaires comme le covoiturage, ou portées par les collectivités locales, comme le transport à la demande, sont à encourager. Comme parlementaire, je m’investirai pour les aider. La gestion des transports reste quand même très compliquée, et il serait trop facile de critiquer la fermeture radicale des gares au détriment de l’adaptation de la circulation des trains…

8. EXPLOITATION DE LA FORET ET FILIÈRE BOIS

L’Yonne est un département où la forêt occupe une place importante. Valleeducousin.fr s’est penchée sérieusement sur les méga-projets de type ERSCIA, auquel celui de Tonnerre ressemble fort. D’un autre côté, nous avons salué la reprise d’une scierie de taille modeste, qui fait ses preuves depuis trois générations. Quelle est votre position sur l’exploitation de la forêt dans l’Yonne en général et sur le projet de centrale biomasse du Tonnerrois en particulier ?

Dans l’Yonne comme ailleurs, une conciliation entre protection nécessaire et exploitation raisonnée de la forêt est possible. La Charte forestière du Morvan le montre. Comme député de la deuxième circonscription, je contribuerai à la diffuser et à inciter à son respect.

9. ÉDUCATION

L’Yonne est l’un des départements les plus touchés par l’échec scolaire, le décrochage, l’orientation sans choix des élèves, la reproduction des inégalités. Si l’Education Nationale n’est plus en mesure de relever tous ces défis, selon vous, quels doivent être les nouveaux rôles des maires, départements, communautés de communes, pour venir en renfort de l’Education Nationale sur nos territoires ?

Toute la communauté éducative se bat pour élever le niveau de qualification des jeunes. Comme député de la deuxième circonscription, je me battrai pour préserver la vitalité du service public de l’éducation nationale en milieu rural et développer la formation professionnelle et l’apprentissage sur notre territoire, en lien avec tous les partenaires concernés.

10. CULTURE

Quelles sont vos propositions pour soutenir les actions menées par des associations culturelles compétentes sur les territoires ruraux et pour éviter que tous les moyens soient aspirés par les grosses structures dans les zones urbaines ? Comment imaginez-vous soutenir des initiatives innovatrices qui permettraient de revivifier ces territoires et d’éviter le repli identitaire ?

L’Yonne est une terre de culture, particulièrement dans la deuxième circonscription où les initiatives locales sont nombreuses, même dans les petites communes. Élu de ce territoire, je m’investirai pour mieux les faire connaître et mobiliser toutes les aides, notamment financières, pour que cette vitalité culturelle locale continue de se développer, pour maintenir un ensemble de festivals de haute qualité comme il en existe déjà, pour approfondir aussi l’action culturelle en direction des plus jeunes.

11. TAFTA - CETA

Quelle est votre position vis-à-vis de ces grands traités commerciaux qui menacent la souveraineté des peuples ? Si vous étiez élu∙e, accepteriez-vous d’être symboliquement un∙e député∙e « Hors TAFTA/CETA » ?

Je ne voterai pas en faveur d’engagements internationaux dont j’estimerai les dispositions trop complexes et trop incertaines pour l’avenir de notre pays.

12. CUMUL DES MANDATS ET INDEMNITÉS DES ÉLU∙E∙S

Quelle est votre position au sujet du cumul des mandats ? Pensez-vous par ailleurs qu’il soit nécessaire de repenser les conditions d’indemnisation des centaines de milliers d’élu∙e∙s de la République, afin de lutter contre la précarisation de la fonction, les conflits d’intérêt, et la sur-représentation des fonctionnaires, retraités, et citoyens les plus favorisés, parmi cette population ?

Le cumul des mandats va se renforcer encore après cette élection. Je suis favorable à la limitation à deux mandats successifs au même endroit et dans une même fonction. Néanmoins il serait dommage de priver la représentation nationale d’hommes et de femmes ayant l’expérience de la gestion locale. Mon expérience de maire d’une petite commune me fait connaître les difficultés de la vie quotidienne en milieu rural, elle m’en fait partager tout l’enrichissement humain aussi.